RSS

Farida Amrani à l’Assemblée ? C’est possible !

Le premier tour de l’élection législative partielle a eu lieu ce dimanche 18 novembre, élection provoquée par la démission de Manuel Valls et son départ vers des cieux catalans pas forcément aussi bienveillants à son égard qu’il le pense. La candidate insoumise Farida Amrani a réussi à se qualifier au second tour (17.8%) et garde toutes ses chances de victoire, notamment grâce à des réserves de voix communistes et écologistes qui pourraient lui être favorables. 82% d’abstention ! Tel est le principal et triste enseignement à retenir de ce premier Lire la suite…

Belgique. Une percée rouge vif qui rend espoir à gauche

Le PTB a effectué une percée remarquable lors des élections communales d’octobre. En Wallonie, la gauche authentique perce dans les villes et dans la ceinture rouge de Liège avec des scores de 15 % et plus. À Bruxelles, le PTB s’est solidement ancré dans 7 communes importantes. Et, en Flandre, une première percée s’est opérée dans les grandes et moyennes villes. « Chi va piano va sano e va lontano ». Qui va doucement va sûrement et va loin. C’est le proverbe italien que l’actrice flamande Mitta Van der Maat a cité Lire la suite…

On se mobilise pour une 18e députée insoumise ! 

Une élection partielle décisive se tiendra dans l’Essonne dans moins d’un mois (les 18 et 25 novembre). Après le départ de Manuel Valls pour Barcelone, les électeur·ice·s de la 1e circonscription de l’Essonne ont la possibilité d’envoyer à l’Assemblée nationale une 18e députée insoumise. Les candidat·e·s de La France insoumise dans cette circonscription qui regroupe Evry, Courcouronnes, Corbeil-Essonne, Bondoufle, Lisses et Villabé seront Farida Amrani et Ulysse Rabaté. Nous ne pouvons compter que sur notre mobilisation pour gagner cette élection ! Pour mobiliser au maximum les citoyen·ne·s, des grandes journées de porte-à-porte sont Lire la suite…

Ruffin parraine la Carmagnole : Montpellier, 17 octobre 2018

Lieu Politique non lié à un parti, la Carmagnole est née début 2018 sous l’impulsion de militant-e-s politiques (FI, PG, E!, PC), et de militant-e-s associatifs. L’émergence de ce projet n’est pas arrivé par hasard ici et maintenant, une raison en est notamment l’absence à Montpellier d’espace pour débattre, échanger sur les questions du mouvement social et politique. Difficile du fait du blocage du Maire, pour les collectifs, pour les syndicats, pour les associations de trouver une salle pour se réunir et encore plus pour prendre des initiatives politiques. La Lire la suite…