RSS

Ensemble Insoumis en campagne avec la liste “Décidons Paris”

Nous y sommes ! Le 25 janvier dernier, l’assemblée citoyenne de la liste Décidons Paris a validé le long processus de discussion et de co-construction  qui a permis à des centaines de militant.e.s associatifs  et citoyen.e.s engagé.e.s, à des militant.e.s et sympathisant.e.s de la France Insoumise, du Parti de Gauche, de PEPS (Pour une Ecologie Populaire et Sociale), REV (Révolution Ecologique pour le Vivant) et d’Ensemble Insoumis d’élaborer ensemble un programme et de choisir 17 binômes têtes de listes. Evidemment, nous militant.e.s d’Ensemble Insoumis, nous faisons partie de l’aventure depuis le début et

Montpellier : la décision scandaleuse et bureaucratique de l’exécutif EELV

La décision brutale de retirer le soutien d’EELV à la tête de liste Clothilde Ollier le week end dernier a choqué bon nombre d’entre nous, au-delà des rangs soutenant la liste qu’elle conduit pour les municipales à Montpellier. Sur la forme c’est une méthode digne d’une autre époque, époque qu’on croyait révolue, et ce d’autant qu’à EELV on met en avant une culture « libertaire » où les groupes locaux bénéficient d’une certaine autonomie. Visiblement ce n’est pas le cas ! Sur le fond les explications données par Julien Bayou, secrétaire national d’EELV,

Région Occitanie : budget 2020….

Le 19 décembre les élu-e-s de la région Occitanie étaient réuni-e-s pour voter le budget primitif 2020. Les faits marquants de cette Assemblée ont été : la censure orchestrée contre les élus de la France Insoumise par le duo Delga/Onesta, l’impossibilité d’améliorer et d’amender un budget qui n’est pas à la hauteurs des enjeux sociaux et écologiques, le refus de Carole Delga et de la majorité de s’opposer au système de retraites par points et le vote d’une interpellation du gouvernement à propos des moyens financiers des collectivités locales. Un fonctionnement

Retrait de la réforme des retraites !

Depuis le 5 décembre, des millions d’hommes et de femmes se retrouvent dans les grèves, dont beaucoup en reconductible, et les manifestations à l’appel des organisations syndicales. Ils et elles rejettent la réforme du système de retraites que veulent leur imposer le président de la République et son gouvernement. Ce projet n’est pas acceptable, car il est porteur de régression des droits de chacune et chacun : toutes les hypothétiques avancées proposées par le gouvernement devraient être financées par des baisses de pensions ou par l’allongement de la durée de

USA : DSA dit non à la guerre contre l’Iran

Le 2 janvier 2020, l’armée américaine a assassiné, sur le sol irakien, le général iranien Qassim Suleimani. Une telle décision est un acte de guerre et aggrave une situation militaire déjà tendue en Irak et en Iran. En plus de mettre en danger de manière téméraire des millions de vies à travers le Moyen-Orient, l’action d’hier viole la loi sur les pouvoirs de guerre, la Constitution américaine et le droit international. Ces frappes surviennent à la suite d’une présence militaire accrue en Irak, qui fait partie de décennies d’intervention militaire

Retraites : contre l’individualisme, nous choisissons la solidarité

Tribune. Les forces politiques et les personnes soussignées s’opposent totalement au projet de retraites d’Emmanuel Macron et soutiennent les mobilisations syndicales annoncées pour le mettre en échec le 5 décembre, ainsi que les appels à la grève reconductible. E. Macron parle de droits «universels» ? Ils seraient en réalité «individualisés» et réduits. C’est au Parlement de Versailles en juillet 2018 que E. Macron a proclamé son projet. Il veut «un Etat providence du XXIe siècle, émancipateur, universel…» et «protéger nos concitoyens non selon leur statut et leur secteur d’activité, mais de