RSS

Coup de gueule d’une toulousaine en colère

On dit parfois que la colère n’est pas bonne conseillère. Mais quand celle ci est fondée et légitime, il est sain de l’exprimer. C’est donc une saine colère que je souhaite exprimer dans cette déclaration. La manifestation à Toulouse samedi 13 avril n’a pas eu lieu. Cette manifestation appelée par de très nombreuses organisations syndicales, politiques et associatives, contre la loi dite « anti-casseurs », a de fait, été interdite. Comme des milliers de manifestant-e-s gilets jaunes, syndicalistes, militant-e-s ou pas, j’ai été empêchée de manifester. C’est la première fois

Communiqué de Ensemble insoumis ! Le 26 mai, voter pour la liste de la France insoumise.

A Lisbonne puis à Bruxelles, plusieurs mouvements politiques européens (Podemos, Bloco de Esquerda, Franc insoumise, l’Alliance rouge et verte au Danemark, le parti de gauche en Suède, l’Alliance de gauche en Finlande) ont adopté une déclaration « pour une révolution citoyenne en Europe ». C’est un appel à destination des peuples européens pour « briser les chaînes des traités européens » responsables de l’austérité, du dumping social et fiscal, de l’inégalité des droits. Ils veulent un nouveau projet pour l’Europe pour la justice sociale, la transition écologique, l’égalité des droits. Tout le contraire du

Ni Macron, ni Salvini, l’alternative c’est « Maintenant le peuple ».

Dans un récent documentaire télévisé sur « La tentation populiste », Steve Bannon, ancien directeur de campagne de D. Trump, cherche à nous imposer le match pour ces prochaines européennes « Pour les élections de mai il y a d’un côté ces coalitions populistes mené par Salvini et Orban […] et de l’autre Macron. Un des deux camps va gagner, l’autre va perdre ». « Macron contre Salvini », « Populiste contre Progressiste » soit en fait « extrêmiste de droite contre néolibéraux ». Les néolibéraux seraient donc les meilleurs remèdes contre la montée de l’extrême droite et des

Privatisation de l’aéroport Toulouse Blagnac : pour nous c’est toujours non !

La lutte contre la privatisation de l’aéroport de Toulouse Blagnac, privatisation opérée il y a 4 ans sous la férule d’Emmanuel Macron, ministre de l’économie, est en passe peut être d’aboutir. Au lendemain de l’avis du rapporteur public auprès de la Cour administrative d’appel qui conclue sur la possibilité d’annuler tout ou partie de la procédure de privatisation, c’est une première vic toute dont il faut se féliciter. Durant ces 4 années, citoyens, associations de riverains et comités de quartier, syndicats, organisations politiques et élu-e-s, se sont battus, mobilisés, sont allés en