RSS

2015: le gouvernement de Syriza et le référendum, cinq ans après

Après les élections de 2019, lorsque Kyriakos Mitsotakis a succédé à Alexis Tsipras au gouvernement, la « nouvelle normalité » se présentait comme une continuation en douceur du précédent mandat. Après quatre ans et demi « au pouvoir » d’un parti qui a insisté pour se faire appeler « Gauche radicale », en Grèce, les capitalistes se sont sentis plus en sécurité que pendant la panique de 2015 (quand ils se sont précipités pour transférer des dizaines de milliards d’euros à l’étranger). Le troisième mémorandum (validé par l’Eurogroupe en août

Union européenne. « Sauver les meubles sans éteindre le feu »

Les 17, 18, 19 et 20 juillet derniers ont été le théâtre d’un marathon de journées parfaitement dramatisées par les chefs de gouvernement européens et mises en relief par les médias. Il semblait que l’Union européenne (UE) se refondait, que sa politique économique changeait et que les pays du Sud étaient sauvés de l’abîme grâce au Fonds de reconstruction. Un peu de distance peut nous permettre de mesurer la portée réelle du récent Conseil européen et, pour ce qui est de l’Espagne, d’évaluer les résultats. À cette fin, une bonne

Primaires démocrates : les succès de la gauche

Depuis la défaite de Bernie Sanders face à Joe Biden, la gauche américaine traversait une période difficile. Avec les résultats des primaires de New York et du Texas pour les législatives de novembre, elle renoue avec les succès électoraux et signe son retour dans le jeu politique américain. Au point d’ébranler l’emprise de l’establishment sur le Parti démocrate.  Juin 2018. En triomphant de John Crowley, numéro trois du parti démocrate, Alexandria Ocasio-Cortez provoque un séisme politique. S’inscrivant dans la continuité de la campagne présidentielle de Bernie Sanders, elle incarne la victoire « des gens contre

Élection présidentielle aux États-Unis : le débat à gauche

L’organisation des socialistes démocrates d’Amérique (DSA), qui revendique désormais 70 000 membres, participera à l’élection présidentielle nationale de novembre 2020 en ne soutenant aucun candidat. La dernière convention de DSA a voté que si Bernie Sanders n’était pas candidat, elle n’approuverait personne. La motion n’empêche toutefois pas les membres de DSA, en tant qu’individus, de travailler ou de voter pour Biden. Certains travailleront effectivement pour Biden et beaucoup voteront pour lui, bien que pratiquement aucun membre de DSA ne lui apporte un réel soutien politique. OrphelinEs de Sanders Pour les militantEs

L’écologie doit devenir l’enjeu de luttes populaires

Tribune. Nous n’en finissons plus de battre des records : 60 % d’abstention en moyenne pour l’une des dernières élections qui avait du sens aux yeux des Français ! Les regrets du pouvoir en place sur le très fort taux d’abstention lors des élections municipales sont bien convenus… Alors que le phénomène ne date pas d’hier et s’aggrave de façon aussi continue que vertigineuse, sa décision d’organiser un second tour dans des conditions totalement chaotiques n’a pas été infléchie. Mais ne nous cachons pas la réalité : si ces circonstances ont sûrement aggravé l’abstention,

Second tour des municipales : Toulouse condamnée à la droite six ans de plus

La déception était plus que palpable dimanche 28 juin à Toulouse au QG de la liste Archipel. Antoine Maurice, tête de liste (membre d’EELV) était devancé de presque 4 points par le maire sortant, JL Moudenc (LR soutenu par LREM). Grande déception donc et incompréhension car l’espoir était fort de l’emporter pour les candidat-e-s et les soutiens de la liste Archipel citoyen. En effet jusqu’à la veille du scrutin, même avec un tout petit écart, la liste d’Archipel était donnée gagnante devant le maire de droite. Que s’est-il donc passé ?

Marseille : l’espoir et la voie de la réussite

Enfin ! Il eût été politiquement et moralement insupportable que la Droite s’en sorte à Marseille après 25 ans d’un règne calamiteux. L’espoir s’ouvre avec l’élection de Michèle Rubirola. Mais les défis sont immenses, et il lui reste à affermir l’ancrage populaire. La fin de règne de la Mairie Gaudin s’est apparentée à un chemin de croix. D’abord pour celles et ceux qui l’ont payée de leur vie avec l’écroulement des immeubles de la rue d’Aubagne. Mais aussi pour la Droite, confrontée à son bilan désastreux, et à une levée

La seconde mort du néolibéralisme

Les bégaiements de l’histoire tournent souvent à la farce, mais ce n’est pas toujours le cas. La séquence ouverte en 2008 fut tragique. La plus grande crise financière depuis 1929 précipita les économies de l’Atlantique nord dans une grande récession dont l’onde de choc culmina, sur le flanc gauche, par le blocus monétaire de la Grèce et la reddition de Syriza puis, sur le flanc droit, par le basculement d’une série de pays, dont les États-Unis et la Grande Bretagne, de l’extrême-centre vers un nouveau genre de nationalisme. La séquence

La Convention pour le climat entrouvre la porte à des régulations volontaristes

Cent cinquante citoyen.ne.s de l’Hexagone ont été tiré.e.s au sort pour composer une « convention pour le climat » chargée de suggérer au gouvernement et au président de la république des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 % d’ici 2030, dans un esprit de justice sociale. Riposte au mouvement des Gilets jaunes et aux manifestations pour le climat, cette initiative d’Emmanuel Macron était une manœuvre cousue de fil blanc : il s’agissait, pour le locataire de l’Elysée, de créer une atmosphère d’unité nationale,