RSS

Algérie : d’une crise de régime à une crise politique

Hocine Belalloufi vit et travaille à Alger. Journaliste, ancien coordinateur de la rédaction de l’Alger républicain de 2003 à 2008 et militant du Parti Socialiste des Travailleurs (PST), il est également l’auteur de deux ouvrages La démocratie en Algérie. Réforme ou révolution ? (Apic et Lazhari-Labter, Alger, 2012) et Grand Moyen Orient : guerres ou paix ? (Lazhari-Labter, Alger, 2008). La crise politique qui secoue l’Algérie aujourd’hui n’est pas tombée du ciel. Elle s’inscrit dans la continuité d’une crise antérieure, celle du régime, qu’elle approfondit et qu’elle est venue couronner. Tout indique que le régime

Le Brexit et l’indépendance de l’Ecosse

Au-delà des rapports entre le Royaume-Uni et les autres pays de l’Union européenne, le Brexit a réactivé certaines questions nationales. A commencer, naturellement, par la question irlandaise : dénommé « backstop » ou « filet de sécurité », le dispositif envisagé est censé empêcher la montée des tensions consécutive à la déclinaison locale du rétablissement des frontières entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni, à savoir le rétablissement de la frontière entre la République d’Irlande (membre de l’UE ) et l’Irlande du Nord. Mais le Brexit impacte également l’Ecosse. En 2014, lors d’un référendum, l’indépendance de

La plongée des « collapsologues » dans la régression archaïque

« Le regard tourné vers l’avant est d’autant plus pénétrant qu’il est conscient. L’intuition, authentique, se veut nette et précise. Ce n’est que si la raison se met à parler que l’espérance, vierge de toute fraude, recommence à fleurir » Ernst Bloch Dans leur ouvrage Comment tout peut s’effondrer, paru en 2014, Pablo Servigne et Rafaël Stevens créaient le concept de « collapsologie », qu’ils définissaient comme suit : « La collapsologie est l’exercice transdisciplinaire d’étude de l’effondrement de notre civilisation industrielle et de ce qui pourrait lui succéder, en s’appuyant sur les deux modes

Pour une agriculture insoumise : au service des producteurs, de l’écologie et de l’alimentation

Le samedi 23 février s’est ouvert le Salon de l’Agriculture Porte de Versailles à Paris. Lieu de rencontre de tous les professionnels du secteur c’est aussi, en cette année d’élections européennes et en pleine renégociation de la prochaine Politique Agricole Commune (PAC), une place stratégique pour préparer une autre politique alimentaire et agricole pour l’Europe. La visite (très) organisée d’Emmanuel Macron a démontré que, de son côté, la politique du « en même temps » était toujours d’actualité. Poursuivant dans ses contradictions, celui-ci a vanté à tour de bras les mérites des petit·e·s producteur·rice·s

Combattre la criminalisation de l’opposition au sionisme, lutter contre l’antisémitisme

A l’occasion du dîner du CRIF, Emmanuel Macron a déclaré que « la France mettra en œuvre la définition de l’antisémitisme adoptée par l’Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah (IHRA) ». Cette définition se présente ainsi : « L’antisémitisme est une certaine perception des juifs, qui peut s’exprimer par la haine envers les juifs. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme sont dirigées contre des personnes juives ou non-juives et/ou leur propriété, contre les institutions de la communauté juive ou les lieux religieux. ». Le terme d’« antisionisme

Pour une Journée mondiale de l’élevage paysan et des animaux de ferme !

Nous assistons mondialement à une montée en puissance de lobbies qui cherchent à imposer le principe des « lundis sans viande » sous des prétextes idéologiques qui se cachent mal derrière des apparences écologiques et sanitaires. Cette exigence est même relayée par le forum économique de Davos : déclarer la nécessité de réduire sa consommation de viande pour sauver le climat quand on sort de son jet privé, c’est assez baroque ! Nous défendons, depuis des années, une réduction drastique de la consommation de produits animaux issus des systèmes industriels, notamment pour des raisons de

USA : le Parti démocrate, tiraillé entre ” la révolution” Sanders et le retour à l’ordre néo libéral

Alors que Donald Trump est de plus en plus incontesté dans le Parti républicain, l’avenir du Parti démocrate semble des plus incertains. Il est aujourd’hui déchiré entre les deux tendances qui s’étaient affrontées lors de la primaire de 2016. L’une, incarnée par Bernie Sanders et Alexandria Ocasio-Cortez, prône une politique de redistribution sociale et la mise en place d’un New deal vert. L’autre, que l’on appellera ici l’establishment démocrate, souhaite maintenir le statu-quo et maintenir le Parti démocrate dans le camp néo-libéral. Les idées incarnées par Bernie Sanders et Alexandria

Déclaration : Netflix et le gouvernement russe unis dans la calomnie anti-Trotsky

Esteban Volkov, petit-fils de Trotsky, et le Centre d’Etudes, de Recherches et de Publications-CEIP León Trotsky d’Argentine et du Mexique s’élèvent, aux côtés de dizaines de personnalités du monde universitaire et politique pour réfuter les calomnies portées contre le révolutionnaire russe dans la série « Trotsky », retransmise par Netflix. Netflix, entreprise étatsunienne, propose la série Trotsky, réalisée par Alexander Kott et Konstantin Statsky. Rossiya 1, la chaîne la plus regardée en Russie, l’avait sortie en novembre 2017. Pour le centenaire de la Révolution russe, Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie

Mobilisation des jeunes pour le climat

Le Vendredi 15 février s’est déroulée la première journée de mobilisation de la jeunesse scolarisée pour le climat. A l’appel du mouvement « Fridays for Future » initié par la jeune suédoise Gréta Thunberg, des jeunes de nombreux pays réclament des États ,qu’ils s’engagent résolument pour le respect des Accord de Paris et une réduction annuelle de 4 % des émissions de gaz à effet de serre. En France, les organisations étudiantes et de jeunesse soutiennent le projet de « gréve scolaire mondiale » prévu le 15 Mars. Dans ce cadre, plusieurs centaines de