RSS

L’Europe vue d’Est

Depuis plusieurs siècles, l’Europe, ou plus exactement les principales puissances européennes – la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Autriche ou la Suède –, entretiennent des relations paradoxales avec leur flanc Est. Paradoxales car d’un côté les nations qui le composent sont considérées comme un des berceaux de la culture européenne, surtout baroque, romantique ou moderne, et de l’autre côté leurs États, économies et sociétés ont longtemps été dominés voire détruits par ces puissances. Pour mesurer ce passif, il suffit de jeter un coup d’œil sur la carte de cette région après

Déclaration d’Anticapitalistas

Aujourd’hui, 12 février 2019, débute devant la Cour suprême le procès contre le référendum du 1er octobre 2017. Ce procès vise 12 personnes, membres de différents partis et organisations de la société civile catalane. Nous allons assister dans les prochaines semaines, quoi qu’il en soit, à une véritable affaire de portée générale visant l’indépendantisme dans un procès au caractère nettement politique. • Au-delà du procès, nous ne pouvons pas oublier que la persécution judiciaire ciblant l’indépendantisme catalan touche déjà plusieurs milliers de personnes, soumises à enquête, parmi celles-ci plus de

Venezuela : « Il faut dénoncer cette ingérence »

Le Venezuela vit des moments de tension critiques suite à l’avènement d’un double pouvoir à la tête de l’Etat. Spécialiste de l’Amérique latine et maître de conférences à l’Université Grenoble-Alpes, Franck Gaudichaud nous éclaire sur la situation. A l’opposé du Groupe de Lima, qui s’est rangé derrière Juan Guaido, le Mexique et l’Uruguay qui soutiennent Nicolas Maduro, estiment que «la dualité intentionnelle de pouvoirs au Venezuela est un chemin direct au chaos et à la destruction des ciments de l’Etat vénézuélien». Partagez-vous cet avis ? Franck Gaudichaud Les pays du groupe

Février 1962 : Charonne, crime policier, crime d’État

Il y a désormais plus d’un demi-siècle – 57 ans, précisément – que la répression policière a provoqué la mort de huit manifestants (1) au Métro Charonne, le 8 février 1961. Organisée par le Parti communiste et la CGT, cette manifestation avait pour objectif de protester contre les crimes de l’OAS (2) et de réclamer la paix en Algérie, notamment grâce la reprise et à l’accélération du processus de négociation entre le gouvernement français et les combattants algériens. Au début de cette année 1962, les commandos de l’OAS multiplient les attentats

De la lutte contre les discriminations

La réalité des discriminations dans notre pays ne fait guère de doute. Et pourtant elles demeurent mal cernées et mal connues. La manière de lutter contre leurs effets délétères est loin de faire consensus, en plus du fait que les valeurs de référence pour cela sont elles-mêmes l’objet de débats vigoureux. Dans cette contribution je me limiterai à l’une des ces discriminations souvent qualifiée « d’ethno-raciale ». En précisant, pour éviter tout faux débat, que de « races » humaines la biologie ne trouve pas trace. Il s’agit donc de la construction sociale correspondante.

Portugal. Le Bloco et le gouvernement du Parti socialiste

Le jour où je finis cet article, Catarina Martins, porte-parole du Bloco, et plusieurs députés (dont José Soeiro, en charge des questions du travail), participent à un repas-débat avec deux cents travailleurs des carrières de la région de Porto (ainsi que leurs familles) pour célébrer leur victoire : ils auront finalement droit à un statut spécial de retraites anticipées (déjà appliqué aux mineurs), du fait que c’est un métier très dur, qui se traduit par une usure prématurée, excessive, et qui a beaucoup affecté leur santé. C’est un exemple qui montre

Catalogne/Etat espagnol. Un procès contre la démocratie

Vendredi 1er février, les neuf prisonniers et prisonnières politiques indépendantistes ont été transférés à Madrid, lançant le compte à rebours final du procès contre la démocratie. Ces neuf personnes font face à des accusations de rébellion, ou de rébellion et détournement de fonds, qui peuvent « coûter » 156 ans de prison. Le même jour, des mobilisations ont commencé en Catalogne. Le matin, lors de leur transfert à Madrid, le soutien aux prisonniers et prisonnières se manifestait sur les routes et l’après-midi il y a eu des rassemblements et des manifestations dans

Paul Ariès : « être anti vegan aujourd’hui, c’est défendre l’unité du genre humain »

Écologiste et penseur de la décroissance, Paul Ariès entre en guerre contre les théoriciens du véganisme. Son dernier livre est la première publication du réseau fraîchement créé No Vegan, qui s’attaque à « l’élevage bashing ». Entretien. Le réseau No Vegan a été lancé cette semaine. Avec quelle vocation ? Celle d’en finir avec l’opposition simpliste, opérée par certains, entre protéines végétales et protéines animales. Plus synthétiquement, nous voulons prendre à contre-pied « l’élevage-bashing », qui fait aujourd’hui beaucoup de bruit. Nous voulons rendre publiques des initiatives telles que celles lancées par le réseau Abattoir

Clémentine Autain et Elsa Faucillon lancent Le Fil des Communs

« Passerelle, cohérence, invention ». Voilà le triptyque du “Fil des communs”, une initiative commune des députées insoumise et communiste Clémentine Autain et Elsa Faucillon – par ailleurs co-directrices de la revue Regards. « Nous prenons une initiative politique, l’époque nous y oblige pour bâtir une issue émancipatrice aux crises contemporaines. Nous voulons participer activement au travail de refondation des idées, stratégies et formes politiques à même d’agréger et de gagner dans notre pays », écrivent-elles sur leur site. L’idée n’est pas de créer un énième mouvement politique à gauche, mais bien de « mettre au pot commun », explique

Marseille : quatrième marche contre le mal-logement

A Marseille, samedi 26 janvier, la mobilisation pour le logement digne a franchi une nouvelle étape. C’était la 4e marche après les évènements dramatiques de la rue d’Aubagne en novembre dernier. Les deux premières, « la marche de la dignité » et la « marche de la colère », avaient été initiées par le « Collectif du 5 novembre » constitué par les victimes des effondrements au cœur du quartier Noailles et les premier.es délogé.es. Le cadre de mobilisation s’est maintenant considérablement élargi et structuré, rassemblant de très nombreuses associations d’habitant.es de tous les quartiers populaires de