RSS

Brésil. Vers un régime autoritaire…

Etait prévisible la première place acquise au premier tour des élections brésiliennes, le 7 octobre 2018, par le candidat d’extrême-droite Jair Bolsonaro (Parti social-libéral) et de son colistier au même profil, Hamilton Mourão, un général de réserve mis à la retraite, mais payé, sur décision de Michel Temer, depuis le 28 février 2018. Il est membre du Partido renovador trabalhista Brasileiro qui n’avait pas de représentation fédérale. Les sondages d’Ibope et de Datafolha, que nous avions reproduits, annonçait l’issue du 7 octobre. Toutefois, l’ampleur des suffrages captés par Bolsonaro n’était pas envisagée par les Lire la suite…

Grèce : le virage répressif du gouvernement Syriza

Certain.e.s dans les rangs de la gauche européenne persistent à croire que la situation en Grèce va en s’améliorant, et que le gouvernement Syriza reste une force de gauche qui protège les intérêts des travailleurs et des défavorisés, dans des conditions très difficiles. Parmi eux, Iñigo Errejon, l’un des principaux dirigeants de Podemos, qui a déclaré dans un récent entretien que « compte tenu de ces contraintes, le bilan [de Tsipras] est plutôt satisfaisant »[1]. Pour ceux qui partagent ce point de vue, le tour que prennent les événements apparaîtra comme une Lire la suite…

Potere Al Popolo : interview

10 mois après sa création, 6 mois après une campagne électorale presque totalement improvisée, Potere al Popolo s’apprête à tenir, les 20 et 21 octobre à Rome, son Assemblée Nationale Constituante. A cette occasion, Lorenzo Trapani, membre de la Coordination Nationale, nous décrit la situation politique italienne, les luttes en cours et la construction de Potere al Popolo. Comment peux-tu décrire la situation politique italienne, 6 mois après l’élection du gouvernement Lega/Mouvement 5 Etoiles (M5S) ? Le gouvernement italien a prétendu, dès sa mise en place, qu’il serait le « gouvernement du Lire la suite…

SARL Macron & Philippe : entreprise de démolition du salariat

Avec les mesures annoncées cet automne, ajoutées à celles déjà prises en 2017, le gouvernement Macron-Philippe, même affaibli, est engagé dans une entreprise de démolition systématique des conquêtes du salariat. Le chantier est impressionnant par son ampleur. La journée de lutte unitaire du 9 octobre inaugure une nouvelle riposte nécessaire, mais elle ne saurait suffire à contrecarrer cet affrontement contre tous les statuts du travail (cheminots, fonctionnaires, Code du travail, sécurité sociale), et les services publics. Essayons de faire une synthèse des enjeux. « Jeu à somme nulle » Le discours du Lire la suite…

Migrant-es, mener la bataille !

Face aux renoncements et tergiversations des États à accueillir l’Aquarius, à la montée des droites extrêmes en Europe, à la propagation d’une xénophobie décomplexée, nous ne pouvons pas rester l’arme aux pieds. C’est pourquoi l’appel lancé par Regards, Mediapart et Politis rencontre un large succès. De Lilian Thuram à Josiane Balasko, de Thomas Picketty à Assa Traore, de Romane Bohringer à Sophie Wahnich, d’Annie Ernaux à Guillaume Meurice, 150 personnalités ont joint leurs forces à des collectifs militants pour donner de la voix en soutien aux migrants. La pétition en Lire la suite…

Grèce. « Ni Syriza, ni la Nouvelle démocratie »…

Le seul intérêt de la présentation des programmes de SYRIZA et de Nouvelle Démocratie (ND) lors de la Foire Internationale de Thessalonique (le 8 septembre 2018) est qu’ainsi a été démontrée, de manière concrète, la convergence et coexistence concurrentielle d’Alexis Tsipras et Kyriákos Mitsotákis (ND) dans les conditions créées par la prétendue «fin» des mémorandums [1]. Si on laisse cette politique se développer sans opposition, il en résultera une austérité brutale, pérenne, pour la majorité sociale, associée à la tentative systématique du gouvernement et de l’opposition de renforcer la position de la classe Lire la suite…

Crise économique et désordres mondiaux

Dix ans après la faillite de Lehmann Brothers, les contributions se multiplient, autour de deux questions : comment cela est-il arrivé ? Est-ce que cela peut se reproduire ? Mais elles sont à peu près toutes centrées sur les dérives de la finance, passées ou à venir. Le point de vue adopté ici est un peu différent, puisqu’il cherche à identifier les racines économiques des désordres mondiaux. Son fil directeur est le suivant : l’épuisement du dynamisme du capitalisme et la crise ouverte il y a dix ans conduisent à une mondialisation de plus Lire la suite…

La Brésil en campagne électorale : « Minimiser le conflit entre classes dépolitise la société »

Guilherme Boulos est l’un des leaders du Mouvement des travailleurs sans-toit (MTST) et candidat du Parti socialiste et de la liberté (PSOL) pour l’élection présidentielle du 7 octobre 2018. Il explique son soutien et ses critiques à l’égard du Parti des travailleurs (PT), le contexte politique et électoral, l’ampleur des inégalités sociales au Brésil, la situation des sans-toit. En plus d’être un militant, G. Boulos est professeur et écrivain, diplômé en philosophie, spécialisé en psychologie clinique et titulaire d’une maîtrise en psychiatrie. C’est la première fois qu’il se présente à Lire la suite…

« Je me souviens d’un peuple qui ne s’est pas laissé gagner par la peur » – Manon Massé

Malgré le feu nourri des attaques de ses adversaires, la porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a profité d’une rencontre avec les candidats et candidates de la grande région de Montréal pour rappeler que la seule façon de retrouver l’ambition qui a fait du peuple québécois quelque chose comme un grand peuple est de ne pas voter avec la peur. La plus grande preuve que le vent est en train de tourner, c’est le tourbillon d’attaques de la part de nos adversaires. La vieille classe politique sort l’artillerie lourde : Lire la suite…

Benalla, de Paris à Paris en passant par Poitiers

Le Premier Mai 2018, à Paris, c’est dans les suites de la mani­fes­ta­tion répri­mée jusque par des chasses aux mani­fes­tants dans les rues de Paris, qu’ Alexandre Benalla frappe un jeune homme inter­pellé préa­la­ble­ment par le vaca­taire de l’Ély­sée Vincent Crase, non sans avoir au préa­lable violenté sa compagne. Ainsi Benalla frappe un homme désarmé à terre que les CRS cogne­ront à leur tour. C’est un très proche de Macron qui avait obtenu la permis­sion d’al­ler casqué et armé accom­pa­gner les CRS ce jour de grande mani­fes­ta­tion. Il a pu agir comme Lire la suite…