RSS

Arrêté Licence : les vacances n’ont pas stoppé les casseurs

Une année aura suffi à Macron, Vidal et la conférence des présidents d’Université pour mettre au tapis l’Université ouverte à tou·tes. Car c’est bien de cela qu’il s’agit pour les néolibéraux. Détruire consciencieusement et avec méthode, le service public de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. La méthode : aller vite et frapper fort, avant l’émergence d’une alternative politique dans l’ESR qui pourrait fédérer les oppositions à leur projet. Le projet à long terme : faire correspondre l’enseignement supérieur aux demandes du secteur privé. Dans ce contexte de bataille idéologique

E.Macron et l’Egypte : cynisme et aveuglement meurtrier

Le 3 juillet 2018, le ministre égyptien de la Défense, Mohamed Zaki, se trouve à Paris en visite officielle pour “renforcer la coopération conjointe”. Cette visite fait suite à la réception à Paris du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi en octobre 2017. Outre le dictateur égyptien Al-Sissi et son ministre de la défense, E.Macron aura reçu avec les honneurs le président turc R.T.Erdogan, qui suit une pente autoritaire de plus en plus accentuée, ou du premier ministre israélien B.Netanyahu dont le gouvernement commet des crimes de masse envers le peuple palestinien.

Vérité et Justice pour Aboubakar !

Encore un jeune tué lors d’une intervention policière. Ce mardi 3 juillet, à Nantes, dans le quartier du Breil, suite à un contrôle policier, un CRS tire sur Aboubakar F, 22 ans, qui « touché au cou », décédera quelques instants plus tard. En apprenant la nouvelle, des jeunes de plusieurs quartiers populaires de Nantes ont laissé éclater leur colère : jets de projectiles contre les policiers, bâtiments et voitures incendiés. Evidemment, comme à chaque fois dans ce genre d’affaire, la police s’empresse de donner sa version des faits pour

Opposition et Construction Déclaration de la Coordination Nationale Provisoire de Potere al Popolo

« Là où croît le danger, croît aussi ce qui nous sauve » disait le poète allemand Hölderlin. Ce vers est parfait pour décrire le moment historique actuel. Que le danger soit croissant, tout le monde peut le voir : en Europe comme en Italie, où le gouvernement Ligue/5 Etoiles est en train de jouer un jeu extrêmement dangereux. N’ayant aucune réponse à apporter aux italiens sur les questions de travail, de logement, de services, le gouvernement s’appuie sur le racisme, trouve des ennemis parmi les plus faibles, dirige la colère contre les

Grèce. L’accord Tsipras-Eurogroupe : une cravate tel un nœud de pendu

Alexis Tsipras avait promis à ses homologues de changer de style et de porter une cravate quand le problème de la dette serait résolu et l’économie grecque serait sortie de la politique barbare des mémorandums appliquée sous la tutelle de la troïka des créanciers. En effet, en présentant au public à Zappeion [le monument situé dans le Jardin national d’Athènes, au centre de la capitale grecque] l’accord du dernier Eurogroupe tenu à Luxembourg [finalisé dans la nuit du 21 au 22 juin 2018], le Premier ministre grec portait… une cravate ! Il

La Grèce et les Diafoirus de l’Union européenne

“Grèce : un accord historique pour tourner la page“, titrait Le Monde du 23  juin. La lecture de l’article indique pourtant que, loin d’être tournée, cette page, parmi les plus noires de ce pays qui en a pourtant connu un certain nombre, va continuer à être écrite par les mêmes protagonistes. La Grèce a été quasiment détruite par les plans d’austérité successifs que les institutions et les gouvernements européens lui ont imposés. Cette saignée censée guérir le malade a abouti à une catastrophe économique et sociale. Depuis 2010, le PIB

Grèce : une annonce de réduction de dette en trompe-l’œil

Éric Toussaint, que pensez-vous de l’accord signé par les ministres de la zone euro ? La Grèce est-elle sortie de la crise ? Il n’y a pas de sortie de crise du tout. Et par ailleurs, au niveau de la zone euro, on ne peut pas dire que la situation soit particulièrement brillante non plus du point de vue des dirigeants européens. C’est une annonce de réduction de dette en trompe-l’œil puisqu’il n’y a pas de réduction du stock de la dette et qu’il s’agit simplement de reporter de dix ans le début de certains remboursements,

Psychia­trie, EHPAD, à Rouen et ailleurs : le vent de la colère

La situa­tion dans le domaine du soin et de la santé se dété­riore de façon alar­mante. C’est l’aus­té­rité avec la baisse du budget de la Sécu­rité sociale et de celui des hôpi­taux. C’est la dimi­nu­tion du person­nel toutes caté­go­ries, l ‘explo­sion du nombre des contrac­tuels, la multi­pli­ca­tion des déserts médi­caux. C’est au nom des parte­na­riats public-privé, de la gouver­nance qui est impo­sée au public au nom de cette logique, une priva­ti­sa­tion du système de santé. C’est encore la dispa­ri­tion program­mée de la Sécu­rité Sociale au profit des complé­men­taires et des

La leçon de Salvini à Macron

Désor­mais, le nouveau gouver­ne­ment italien refuse que les bateaux char­gés de migrants sauvés en mer par des ONG huma­ni­taires accostent dans son pays, et Malte de même. L’odys­sée de l’Aqua­rius s’est ache­vée il y a peu à Valence en Espagne, pays qui ici respecta une atti­tude de soli­da­rité élémen­taire dans ce monde de plus en plus cruel de l’ Union euro­péenne capi­ta­liste. Dans ce bateau à la dérive, les gens étaient allon­gés sur le sol, souvent brûlés par le mélange pétrole- eau de mer, pour beau­coup presque noyés, avec des