RSS

La démarche politique du Bloco

Lundi le 4 décembre, Mário Centeno, ministre des finances du gouvernement PS (le « Ronaldo de l’Ecofin», selon Schaüble) a été élu pour la Présidence de l’Eurogroupe, succédant à Dijsselbloem. Le Premier ministre António Costa s’en réjouit et déclare : « C’est la preuve qu’on peut en même temps poursuivre une politique anti-austérité et être en conformité avec les règles européennes ».

En fait, il vaut la peine de rappeler que Merkel a soutenu la candidature de Centeno, selon la vieille logique de partage des pouvoirs entre le PPE et le PSE : si Juncker est le président de la Commission Européenne, la présidence de l’Eurogroupe devait être attribuée à un ministre des Finances socialiste. Au delà des mérites qu’il pouvait avoir à leurs yeux, il faut aussi dire qu’il n’y a plus beaucoup de pays à l’Eurogroupe où les socialistes sont au gouvernement.

À ce stade, les lecteurs se demanderont sans doute pourquoi le Bloco maintient son soutien à un gouvernement dont le ministre des Finances est devenu président de l’Eurogroupe.

La porte-parole du Bloco, Catarina Martins, a déclaré qu’il n’y avait vraiment pas grand chose à célébrer : « avoir ou pas un responsable portugais à la tête d’une institution européenne ne signifie rien de concret pour le Portugal ». Selon elle, ce qui importe « c’est la nature de l’Eurogroupe », « un groupe informel de l’UE, sans règlements et sans légitimité démocratique, qui n’a pas hésité à humilier la Grèce au point d’expulser son ministre des Finances des réunions ». En fait, comme nous essaierons de le montrer dans cet article, la question européenne est et sera stratégique pour le Bloco.

Libération a présenté Centeno comme un homme de gauche, en ajoutant qu’il est « membre d’un gouvernement réunissant les socialistes et la gauche radicale ». (1) Il ne s’agit pas d’une simple imprécision, mais d’une erreur fondamentale. Il faut tout d’abord rappeler que ni le Bloco ni le PCP ne font partie du gouvernement. Comme nous avons expliqué dans un précédent article, le gouvernement du PS « s’inscrit strictement dans le cadre du respect des traités et des engagements que le Portugal a pris auprès des institutions européennes. Ce n’est pas un gouvernement de gauche, mais un gouvernement du centre qui dispose de l’appui parlementaire du Bloco, du PCP et des Verts, cela tant que le PS respectera l’accord » (2).

2015, une situation exceptionnelle et la démarche du Bloco

Dans cet article nous avons expliqué la conjoncture tout à fait unique qui a amené en 2015 le Bloco (et le PC) à passer un accord avec le PS. La situation au sortir des élections générales du 4 octobre était tout à fait inédite, représentant un défi, et aussi une opportunité pour commencer à mettre fin à la tragédie de la violence sociale imposée par la Troïka entre 2011 et 2014.

La coalition de droite était arrivée en tête, mais sans majorité absolue (39 % des voix, et 107 députés). Le PS venait en deuxième position, avec 32,4 % des voix et 86 députés). Le Bloco arrivait en troisième position avec 10,3 % des voix (549 000 voix, soit presque le double par rapport à 2011) et 19 élus (8 en 2011). Le PCP gagnait seulement 3 400 voix et un député (8,3 %, 15 élus), auxquels il faut ajouter 2 élus des Verts. Il y a donc eu plus d’un million de voix à gauche du Centre qui ont voté contre la politique de la droite, mais qui dans le même temps n’ont pas fait confiance au PS le privant ainsi de la majorité absolue des voix.

Deux faits sont à noter : les 10,3  % de voix du Bloco et les 8,3 % de la CDU (PCP+Verts) représentaient le meilleur résultat jamais obtenu par la gauche à la gauche du PS, et, face à celui-ci (32,4 %), ils représentaient ensemble 57 % du score du PS.

En outre, pour avoir une majorité au Parlement, notamment sur le budget, le PS avait besoin des votes du Bloco et du PCP, un seul des deux ne suffirait pas.

C’est donc le rapport de forces politique, surtout la percée du Bloco, qui a rendu possible l’idée même d’un tel gouvernement.

Tout a commencé par le défi lancé par Catarina Martins à António Costa lors du débat à la télévision en septembre 2015, en pleine campagne électorale : « Si le PS est prêt à laisser tomber l’idée de couper 1 600 millions dans les pensions, à abandonner les coupes dans la contribution patronale pour la Sécurité Sociale et aussi la proposition de licenciements par simple accord entre travailleurs et patron, le 5 octobre, je serai disponible pour parler d’un gouvernement qui puisse sauver le pays. Si vous dites oui, ou que vous allez y réfléchir, cette rencontre aura valu la peine. Si vous dites non, les Portugais auront compris que vous allez téléphoner à Rui Rio ou Paulo Portas et que les retraités vont encore perdre de l’argent. » Pris par surprise, António Costa n’avait pas réagi.

S’il est vrai que le Bloco ne s’attendait pas à un résultat si spectaculaire et à devenir la 3e force politique, ce défi n’était pas une « performance » ni un jeu destiné uniquement à faire payer au PS son refus d’accepter de négocier avec lui. Il tenait à une stratégie non pas d’alliances avec le PS, mais visant à hausser le niveau du débat politique et à créer un rapport de forces différent.

En fait, en 2015, António Costa s’était présenté aux élections avec un des programmes les plus à droite de l’histoire du PS. Le Bloco n’a donc pas été amené à négocier avec le PS en fonction d’un quelconque tournant à gauche du PS. Il a créé les conditions de sa montée électorale qui a permis de coincer le PS et de faire que le prix que celui-ci aurait à payer pour un soutien à un gouvernement de droite devienne trop lourd. La soirée électorale du 4 octobre 2015, Catarina Martins a été la première leader à prendre position, en disant que pour ce qui dépendait du Bloco, la droite ne serait pas en capacité de former un gouvernement. Le PCP a suivi avec des déclarations allant dans le même sens. Mais la première réaction de Costa a été de prudence, disant qu’il respecterait le résultat des élections et qu’il ne ferait pas de « coalitions négatives ». Pourtant, très vite, il fut obligé de choisir entre s’abstenir au Parlement et laisser passer un gouvernement de droite, rejeté et haï par la majorité de la population (ce qui accélérerait sa « pasokisation ») ou alors accepter le défi du Bloco (et du PCP) de former un gouvernement qui, bien que minoritaire, serait soutenu au Parlement par le Bloco, le PCP, les Verts.

Avant de commencer les rencontres avec le Bloco et le PCP, le PS s’est réuni avec la droite. Mais cela a mal tourné et la situation est devenue intenable pour lui.

Le PCP n’ayant jamais accepté des réunions plus larges, les accords ont été négociés séparément entre le PS et le Bloco, d’une part, avec le PCP et les Verts, d’autre part. António Costa a été investi Premier ministre, et son programme de gouvernement (et son budget) a été approuvé par la nouvelle majorité parlementaire. Bien sûr, il ne s’agissait ni du programme du Bloco ni du programme du PCP. Mais ce n’était pas non plus le programme initial du PS, celui-ci ayant été contraint d’accepter des propositions très importantes des partis à sa gauche.

Il s’agissait d’un accord destiné à « arrêter l’appauvrissement du pays », à contre-courant des années de la Troïka : il fallait garantir la réversion des coupes des salaires et des pensions, empêcher de nouvelles privatisations et aussi conquérir de nouveaux droits. L’accord inclut également une clause de sauvegarde qui prévoit qu’en cas de récession, les salaires et les retraites ne pourraient être touchés. Ajoutons que bien entendu le Bloco maintenait sa totale autonomie politique. (3)

Il faut rappeler que le mandat pour négocier l’accord avec le PS a été voté à l’unanimité par la direction nationale du Bloco (80 membres) en octobre 2015, même si plus tard il y a eu des divergences sur son application, sur l’évaluation des acquis et les perspectives.

Le temps du bilan : acquis, désaccords, tensions

Il est temps de faire un bilan des acquis, mais aussi des difficultés et des tensions qui ont eu lieu ces deux dernières années. Non seulement en énumérant les acquis, mais en discutant les questions stratégiques qui se posent. Et cela en regardant l’avenir à court ou moyen terme (2019).

Il faut aussi rappeler que l’accord passé entre le PS et le Bloco en 2015 avait comme arrière-plan une politique de rattrapage des salaires, des pensions et des droits sociaux, laquelle s’est traduite par des mesures concrètes inclues dans les budgets de 2016, 2017 et 2018 : l’augmentation du salaire minimum de 505 € en 2015 à 530 € en 2016, 557 € en 2017, 580 € en 2018 et 600 € en 2019.

S’il est vrai qu’entre 2015 et 2019 le salaire minimum se sera accru de presque 20 %, il reste encore très bas. En outre, le ratio salaire minimum/salaire médian est de 0,58, ce qui veut dire que l’augmentation du salaire minimum n’a pas du tout permis une augmentation des salaires réels. Cela est dû au fait que le gouvernement a jusqu’ici refusé d’inverser les lois Travail introduites ou changées par la Troïka. En plus, il faut relancer la négociation collective, ce qui s’avère difficile puisque les années de la Troïka ont fait chuter le nombre de travailleurs couverts par des contrats collectifs de travail de 1,3 million (en 2011) à 300 000 (en 2014).

Ainsi, s’il est vrai que déjà à la fin 2016 les fonctionnaires ont vu rattraper complètement les coupes de salaires introduites par la Troïka, cela veut aussi dire qu’au début 2017 les salaires étaient au même niveau qu’en 2011.

Une des propositions du Bloco que le gouvernement PS a été forcé d’accepter est le fameux « impôt Mortágua ». Ainsi dénommé parce que c’est la députée du Bloco Mariana Mortágua (députée responsable pour les questions budgétaires, qui s’est distinguée lors de la législature précédente par sa participation à la commission d’enquête sur la faillite de la banque BES et par la façon dont elle a coincé le banquier Ricardo Salgado), qui l’a proposé et qui a annoncé que le PS avait donné son accord : il s’agit d’un impôt supplémentaire sur l’immobilier, selon lequel les propriétaires d’immeubles de valeur patrimoniale de plus de 600 000 euros doivent payer 0,7 % de plus, l’impôt s’élevant à 1 % pour des immeubles de plus d’un million d’euros.

Comme dit Catarina Martins, « avec Costa, le Premier ministre, nous ne sommes pas amis : nous négocions.» (4)

Le premier moment de tension est survenu en décembre 2015, moins d’un mois après l’investiture du gouvernement PS. Comme nous en avions parlé dans ContreTemps, le BANIF (une petite banque du Madère) avait fait faillite (un processus qui traînait depuis quelques années), et « le Bloco a proposé que cette banque soit intégrée à la banque publique CGD (Caixa Geral de Depósitos). Le gouvernement a dû négocier avec Bruxelles qui a “imposé”que le Banif soit vendu au groupe Santander (pour 150 millions d’euros), après que l’État y eut injecté 3 milliards. Le gouvernement a fait savoir qu’il n’avait pas le choix. Mais quand il a présenté au Parlement, en décembre, un budget rectificatif pour pouvoir réaliser cette opération, le Bloco a voté contre, de même que le PCP et les Verts. Le PS a dû être appuyé par les partis à sa droite, ceux-là mêmes qui criaient au moment de l’investiture du gouvernement que jamais ils ne viendraient au secours du PS. Il est donc très clair que le Bloco ne soutiendra pas ce gouvernement chaque fois qu’il s’agit de sauver les banques, sans accepter l’excuse qu’il n’y aurait pas d’autre choix. »

Il en a été de même à chaque fois que le PS a présenté des propositions visant à injecter de l’argent public dans les banques, ou à viabiliser des affaires avec des entreprises desquelles l’État sortait perdant.

Mais la question des banques, tout comme celle de la dette et de l’Europe, n’a pas pu être inclue dans l’accord. Le rapport de forces ne le permettait pas. Dire le contraire relève de l’ingénuité, de la mauvaise foi ou d’une incompréhension du rapport de forces.

La question européenne au centre de la stratégie politique du Bloco

Ce n’est pas nouveau, les profondes divergences entre le PS, d’un côté, et le Bloco et le PCP, de l’autre côté, sur l’Union Européenne sont bien connues depuis toujours. Aussi, comme on l’a expliqué dans les articles de ContreTemps n° 25 et n° 29, le Bloco a connu une évolution considérable en ce qui concerne l’UE et la monnaie unique. Ayant défendu un « européisme de gauche » depuis sa fondation, le Bloco a commencé à reformuler sa position dès son congrès de 2012, et ensuite lors de la campagne des européennes en 2014, le Bloco disant nettement refuser tout sacrifice pour l’euro. Cette position s’est approfondie et développée en 2015 après le coup d’État financier contre la Grèce et la mise à genoux de Syriza, la direction du Bloco a alors adopté une résolution très claire sur les leçons de la défaite grecque : « Cette Union ne permettra pas qu’existe un quelconque gouvernement défendant une politique alternative et, face à un gouvernement de gauche, elle n’hésitera pas à le détruire par tous les moyens ». Et également : « Pour en finir avec le cauchemar de l’austérité, il faut résoudre la question de la dette. Un gouvernement de gauche doit donc envisager et avoir le mandat en vue d’une rupture avec la monnaie unique en cas d’échec des négociations sur la dette ». Une sortie qui ne peut pas s’inventer du jour au lendemain, qui doit être vraiment préparée, politiquement et « techniquement ». Cela a été la ligne politique du Bloco pendant la campagne électorale de 2015.

L’analyse du Bloco est proche de celle de Cédric Durand qui expliquait, dans un article de ContreTemps en novembre 2015 : « L’événement qui me hante est celui 13 juillet 2015. Ce petit matin lors duquel les espoirs de millions de Grecs et des forces de gauche sur tout le continent se sont évanouis a révélé crument une impasse stratégique : prioriser l’idée européenne implique pour la gauche au pouvoir de se nier elle-même. J’en tire une leçon. Pour ne plus s’écraser dans l’insignifiant, la gauche doit s’arrimer solidement aux intérêts immédiats des subalternes, c’est-à-dire récuser l’austérité et préparer la sortie de la monnaie unique. Au défaitisme de l’autre Europe s’oppose la volonté de rompre ». (5)

En 2015, un manifeste est lancé pour un plan B (6). Des réunions se sont tenues à Madrid, Copenhague, Rome et Lisbonne, avec des niveaux de participation différents, mais toujours avec l’enjeu de trouver des convergences entre partis politiques et mouvements sociaux en ce qui concerne une alternative pour l’UE. Nous reproduisons en encadré quelques parties de l’appel.

Appel Plan B Lisbonne (7)

Le coup d’État contre le peuple grec est un coup d’État contre la démocratie en Europe, face auquel nous sommes obligés de réagir, résister et répondre avec un plan politique solide. Et en effet, ce fut après ce coup d’État que l’initiative du Plan B a été lancée pour protéger les peuples européens, restaurer la démocratie en Europe et assurer la prospérité et l’égalité pour les sociétés européennes.

(..)

L’échec des traités et institutions de l’UE n’est pas l’échec de l’Europe et de ses peuples. Les démocraties européennes ont besoin d’une alliance internationale des forces progressistes, démocratiques et populaires, des syndicats et des mouvements sociaux qui luttent pour une rupture avec les traités de l’Union européenne et qui construisent une nouvelle coopération qui serve les intérêts de nos peuples et protège la démocratie et les droits civiques, politiques, sociaux, économiques et environnementaux. Une coopération qui favorise la paix internationale à travers le rejet du militarisme et de l’industrie de l’armement, la solidarité avec les migrants et les réfugiés, et la lutte pour un développement international de normes démocratiques, sociales et environnementales élevées.

Le sommet du Plan B à Lisbonne sera l’occasion d’approfondir davantage les voies alternatives développées lors du sommet de Rome. Le point de départ de notre analyse est que les traités actuels de l’UE sont une camisole de force pour nos démocraties, nos sociétés et nos économies. Nous voulons initier des mouvements civiques de désobéissance et obtenir des majorités dans chacun de nos pays pour exiger la négociation d’un nouveau cadre européen qui permette : des politiques de développement social qui rompent avec le pouvoir de la Banque centrale européenne (BCE), des prêts directs aux États, une redistribution des investissements publics et une restructuration et mutualisation des dettes publiques qui éliminent les dettes illégitimes, illégales, odieuses et insoutenables.

Si ce plan A échoue, à cause de l’hostilité prévisible des institutions de l’UE, le résultat ne sera pas la capitulation à Bruxelles. Dans ce cas, le ou les pays devraient ouvrir la voie à un plan B qui rende possible d’autres formes de coopération européenne, restaurant la souveraineté et mettant en place de nouveaux mécanismes pour les choix monétaires et économiques des peuples.

(..) Les partis politiques progressistes, les syndicats, les féministes, les écologistes, les défenseurs des droits humains, les autres mouvements sociaux et militants qui se sont rassemblés dans les forums du Plan B sont unis : entre sauver l’Union européenne et l’euro et sauver nos peuples des griffes de l’austérité, nous choisirons toujours les droits sociaux et démocratiques de nos peuples. (8)

La discussion du budget pour 2018 : acquis et conflit

Deux ans après son investiture, le soutien du Bloco au gouvernement du PS connaît sa première vraie crise : lors de la discussion du budget 2018 au Parlement, le Bloco avait proposé un impôt spécial sur les rentes des entreprises d’énergies renouvelables. Cela n’a pas été une proposition présentée à la légère ou à la dernière minute par le Bloco, dans l’intention de faire voir que le PS allait la refuser. Tout au contraire, elle avait été négociée avec le gouvernement, en particulier avec le ministre de l’Économie et celui des Finances. Le vendredi le 24 novembre, le PS votait au Parlement pour la proposition du Bloco, mais le soir même le Premier ministre António Costa annonçait que le PS allait demander un deuxième vote le lundi. Pendant le week-end le PS a subi de très fortes pressions de la part de ces entreprises, qui menaçaient de quitter le pays (et aussi de l’intérieur du PS). Le lundi, António Costa demandait aux député.s du PS de voter contre. Cela a bien sûr provoqué des réactions très fortes et très dures du Bloco, le jour-même au Parlement, puis dans des débats à la télé, ainsi que dans des interviews. Le Bloco a clairement accusé le PS de ne pas tenir sa parole et d’être complètement perméable aux intérêts des capitalistes. Il s’est engagé à reprendre très bientôt la proposition.

Cet épisode s’est joué lors de la toute dernière séance de vote du budget pour 2018. Mais le Bloco a tout de même voté pour le budget. Pourquoi ? Comme l’explique Mariana Mortágua, « mille millions d’euros seront rendus aux gens sous la forme de salaires, pensions, allocations, baisses d’impôts, c’est pour ça que le Bloco a voté pour ».

Cet épisode montre bien comment le PS est prêt à servir les intérêts du capital et comment tout ce qui a changé depuis 2015 est dû à la pression du Bloco et du PCP, c’est-à-dire, au rapport de forces concret.

Mais l’épisode ne peut non plus faire oublier les acquis de ce budget, où le SMIC a été relevé de 537 à 580 €, l’impôt sur le revenu (sur proposition du Bloco) a baissé considérablement pour les échelons les plus bas, où les pensions seront mises à jour pour la première fois depuis 2009 (les deux dernières années il s’agissait seulement de reverser les coupes de la Troïka) et le dégel des progressions de salaires des fonctionnaires commencera aussi en 2018.

En 2018, le nouveau régime contributif des travailleurs indépendants, les « reçus verts », deviendra une réalité, en résultat d’un accord du Bloco avec le PS. Les négociations se sont déroulées au long de l’année 2017 et ont abouti à une conclusion après le vote du budget.

Il s’agit de centaines de milliers de travailleurs indépendants dont la contribution sera calculée en prenant pour base, chaque mois, ce que les personnes ont gagné les trois mois précédents, et non pas les revenus de la dernière année. Le taux de cette contribution baisse de 29,6 % à 21,4 %, et la protection sociale de ces travailleurs devient effective, avec allocation chômage, allocation maladie et autres. On estime à 100 millions d’euros la baisse de la contribution des travailleurs, qui devra être néanmoins compensée par un renforcement de ce que les employeurs devront payer.

Ces changements correspondent aux principales demandes de ces travailleurs, avec qui le Bloco a organisé des dizaines de réunions.

Un autre processus qui a été victorieux est celui de la régularisation de la situation des précaires de la Fonction publique. Pendant les 5 années d’austérité (2011-2015), les attaques aux contrats dans le secteur public ont été au centre des politiques de la Troïka et du gouvernement de droite. Le travail précaire est devenu la règle, les entreprises de travail temporaire ont proliféré, aussi bien que les programmes de stages pour des fonctions permanentes

Dès le début de cette législature, le Bloco s’est battu publiquement pour un programme d’intégration et de régularisation des milliers de travailleurs précaires de la Fonction publique, une initiative inédite et sans précédent lors deux dernières décennies.

L’initiative a été acceptée par le PS de façon timide, il a connu des avancées et des reculs, mais elle a permis l’organisation de secteurs qui se trouvaient très isolés.

Le mouvement « Precários do Estado » a vu le jour en décembre 2016, avec pour but de lutter pour l’intégration de tous les précaires de l’État. Et on a vu des mobilisations de tous les secteurs de précaires (hôpitaux, stagiaires, enseignants du Polytechnique. Dans toutes ces mobilisations le Bloco a été présent et solidaire, en discutant les différentes situations et de comment légiférer de telle sorte que « personne ne soit laissé derrière »Pour nous, il ne s’agissait pas d’un processus simplement administratif, mais d’une opportunité pour que ces mouvements s’organisent.

En 2018, près de 30 000 travailleurs de la Fonction publique (7 % du total) cesseront d’être des précaires pour devenir des travailleurs de plein droit.

Comment le Bloco se prépare-t-il pour 2019 ?

L’accord doit se maintenir pour le reste de la mandature, à moins que le PS ne fasse volte-face et ne respecte plus l’accord avec le Bloco.

D’ici moins de deux ans, en octobre 2019, il y aura de nouvelles élections générales (et plus tôt, des élections pour le Parlement européen). Il est encore trop tôt pour connaître le scénario concret selon lequel elles se dérouleront, et encore moins de deviner leurs résultats à l’avance. L’année prochaine le Bloco tiendra son Congrès, et la stratégie pour 2019 sera discutée : beaucoup de débats auront lieu. Une chose est certaine : le Bloco se présentera seul avec ses listes.

Ce travail a d’ores et déjà commencé. Pour le Bloco, le budget et les politiques du gouvernement sont très peu osés, bien en deçà des besoins. Si le rattrapage des salaires, pensions et allocations a été fondamental, en 2018 et 2019 il va falloir aller plus loin et poursuivre des réformes profondes de la loi Travail, la planification territoriale de la forêt et dans la santé. Il faudra garantir l’investissement dans des services publics de qualité, ce qui ne sera pas possible sans la renégociation de la dette et sans avoir le courage de faire face aux institutions européennes. Nous citons une intervention récente de Catarina Martins sur le sujet (encadré).

L’engagement pour faire sortir le pays du régime de protectorat doit se concentrer sur deux points :

– Tout d’abord, la restructuration de la dette, la nationalisation des secteurs stratégiques et la politique budgétaire contre-cyclique dont le pays a besoin qui exige un positionnement à l’encontre des orientations des institutions européennes. Il en est de même en ce qui concerne l’investissement nécessaire dans les services publics fondamentaux et avec l’augmentation de la protection du travail.

– Ensuite, il faut dire clairement que le pays n’acceptera plus un programme de destruction comme celui qu’on a connu avec la Troïka ni l’imposition de plus de sacrifices à ceux qui ont déjà tant perdu avec les politiques d’austérité. L’imposition de plus de sacrifices et de pertes de droits au nom d’une Union monétaire qui a été présentée comme un facteur de prospérité n’a aucune légitimité.

Le projet d’intégration européenne, qui a été présenté aux Portugais comme porteur d’espoir, est devenu un grand cauchemar. Il n’y a aucun sens à persister dans l’obstination de l’euro si la seule chose que l’Union monétaire peut offrir c’est une Europe divisée.

(..) Je n’ignore pas les difficultés du chemin que je propose, mais je sais que l’histoire nous enseigne que faire de notre pays une colonie gouvernée par la peur est un triste héritage à laisser aux générations qui veulent vivre ici. (9)

Cette audace du Bloco ne se concrétisera pas sans difficultés. C’est vrai que la droite politique a subi un grave échec en 2015, et aussi dans les élections municipales d’octobre 2017, dont elle n’arrive pas à se remettre. Mais la plupart des commentateurs politiques sont de droite et attaquent la majorité parlementaire (soit en disant que le gouvernement PS a été pris en otage par le PCP et le Bloco, soit en disant, à l’inverse, que le Bloco et le PCP sont en train de « se vendre » au PS). Le principal parti de la droite, le PSD, tiendra bientôt un congrès pour élire un nouveau leader. À ce propos, il est intéressant de noter ce que le patron des patrons, António Saraiva, a déclaré récemment : « La nouvelle direction du PSD devrait libérer le PS de la dépendance de celui-ci face aux partis à sa gauche ». Pourrait-il y avoir une plus grande louange pour le Bloco (et le PCP) ?

Reste à savoir quel prix le PS devra payer s’il décide de nouer des alliances permanentes avec la droite.

Notes :

(1) : http://www.liberation.fr/planete/2017/12/04/mario-centeno-un-homme-de-gauche-a-la-tete-de-l-eurogroupe_1614417

(2) : CfContreTemps n° 29.

(3) : Pour une lecture plus détaillée des accords, lire l’article de Francisco Louçã, ex-coordinateur du Bloco, http://www.inprecor.fr/article-Portugal-Queva-t-il-arriver et notre article dans Contretemps nº 29 (pp. 113-127) et https://www.contretemps.eu/une-nouvelle-situation-politique-au-portugal-entretien-avec-francisco-louca/

(4) : cité par http://www.slate.fr/story/116331/portugal-gauche-plurielle, avril 2016.

  1. https://www.contretemps.eu/contre-le-defaitisme/

(6) : http://planbeuropa.es/manifesto/?lang=en

(7): https://www.ensemble-fdg.org/content/bloc-de-gauche-portugal-la-democratie-contre-le-capitalisme-financier

(8) : https://euro-planb.pt/appel-plan-b-lisbonne/ (À https://euro-planb.pt/ on peut aussi voir liste des signataires)

(9): http://www.esquerda.net/opiniao/o-compromisso-necessario-para-retirar-o-pais-do-regime-de-protetorado/52562?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook