RSS

Le service national universel est une arnaque !

Le gouvernement met en place son projet d’encadrement des jeunes. Au programme, uniforme, morale et précarité. Mercredi, le secrétaire d’État Gabriel Attal a fait poser en uniforme bleu marine et cocarde tricolore les premier-e-s participant-e-s au service national universel (SNU). Le programme sera lancé en juin avec 3 000 volontaires. À terme, il sera imposé à 800 000 jeunes par an. Faire son SNU sera obligatoire après la classe de troisième et le certificat sera exigé pour passer le bac et le permis de conduire. Faire la morale aux jeunes

Désarmement : pistes pour une politique de rupture…

Aussi surprenant que cela puisse paraître, nombre de nos concitoyens qui sont attachés la question de la « paix » entre les peuples, s’accommodent des records d’exportations d’armes françaises… Indication d’un sérieux problème. Plus généralement, une des questions les plus urgentes aujourd’hui est la reconstruction d’un nouvel internationalisme. Toute politique visant à construire une majorité autour d’une alternative de transformation sociale, écologique et démocratique se trouve confrontée à la complexité du monde, aux crises multiples qui le traversent. Un gouvernement de transformation sociale devrait impulser une bifurcation du rôle de l’État français

La défense, un avantage compétitif de la France dans l’Union européenne

Conformément à la loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, le budget de défense de la France passera de 32,7 milliards d’euros en 2018 à 44 milliards d’euros en 2023, soit une augmentation de 35 % (en euros constants). Cette hausse amplifie la tendance enregistrée entre 2008 et 2016. L’augmentation du budget militaire – ainsi que celle des budgets sécuritaires – a été supérieure à la hausse générale du budget, alors que la hausse des budgets à finalité sociale a été inférieure à cette évolution générale (tableau 1). La France n’est pas

Les guerres de dislocation et la « sécuritisation » du monde

Des guerres nouvelles ? L’expression « nouvelles guerres » a été utilisée d’abord par la chercheuse et militante anglaise Mary Kaldor1, dans son livre Nouvelles et anciennes guerres, la violence organisée dans une ère globale (non traduit en français)2, qu’elle a publié en 1999 après avoir observé les guerres en ex-Yougoslavie et dans le Caucase. Il a été repris depuis par de nombreux analystes (cf. une petite bibliographie en fin de texte). Ces guerres sont nouvelles en ce sens qu’elles se différencient des « vieilles guerres », souvent qualifiées de « westphaliennes », en référence au traité de

Le service national universel ou la fabrique des start-up citizens

Qu’on se le dise : la jeunesse de France est perdue. Oublié, l’amour de la patrie. Oubliée, la valeur du travail. Nos jeunes pousses n’ont plus comme horizon que l’oisiveté, le communautarisme et pire encore, la révolte. La jeunesse se vautre dans les allocations, ne travaille que pour un salaire, fume du cannabis et dégrade les murs de nos villes avec des slogans anti police. Perdue, cette jeunesse ? Peut-être pas. Car les libéraux ont des grands projets pour elle. Par le Service national universel (SNU), elle lui rendra, coûte que coûte,