RSS

Grande-Bretagne : élections, espoir et défis

C’est l’absence de majorité au parlement pour résoudre le Brexit qui, après des mois d’impasse, a forcé à l’organisation d’élections anticipées pour le 12 décembre. Mais si cette crise politique est d’une ampleur historique, ce n’est pas la seule qui touche la Grande-Bretagne. Il s’agit de la cinquième puissance économique mondiale, et pourtant les usager·e·s des « banques alimentaires » (dons de nourriture) se comptent par millions. Après la Grèce, la Grande-Bretagne est le pays développé où les salaires ont le plus baissé après la crise de 2008. Les services

Royaume-Uni : le congrès du Labour Party

Le congrès du parti travailliste britannique intervient dans un conjoncture marquée par trois développements en particulier, qui en déterminent les urgences et le ton. Le premier – la crise du Brexit – est le plus immédiat et le plus visible et bruyant. Avec le jugement de la Cour suprême du Royaume-Uni (le 24-09) contre la fermeture (« prorogation ») du parlement par le Premier ministre Boris Johnson, « illégale, nulle et sans effet », la confusion liée au Brexit poursuit sa contamination générale. Elle s’étend maintenant du secteur manufacturier, ses investissements et ses carnets de

Laura Parker : « Momentum est une organisation d’origine populaire »

Laura Parker est la coordinatrice de Momentum, le mouvement né dans la foulée de l’arrivée à la tête du Labour par Jeremy Corbyn. Organisation dans l’organisation, le mouvement a bousculé la politique établie à travers des campagnes efficaces qui ont su mobiliser massivement sur tout le territoire britannique. Traversé par des contradictions sur le Brexit, nous avons voulu revenir sur son histoire et son positionnement. Le Vent Se Lève – Pour commencer, nous aimerions que vous puissiez présenter à nos lecteurs votre organisation Momentum. Outre ses liens avec Corbyn et le

L’indépendance de l’Ecosse se rapproche

L’une des premières actions de Boris Johnson lorsqu’il est devenu Premier ministre a été de s’attribuer le titre de titre de « Ministre de l’Union » et de se rendre en Ecosse pour essayer de contrecarrer l’effondrement du vote en faveur des Conservateurs et d’empêcher l’indépendance. La crise constitutionnelle qui a explosé avec le coup que constitue la suspension du Parlement et le déni du vote empêchant un Brexit sans accord ne se réduit pas à un affrontement entre le Parlement et l’Exécutif : c’est aussi une crise globale de légitimité de l’État au Royaume

Depuis toujours, c’est comme ça que le Brexit devait se terminer !

Cette issue était inévitable. Le Brexit est utile à l’establishment parce qu’il fournit un récit permettant de trouver des coupables à blâmer pour des années de chute du niveau de vie – les étrangers – et essaie d’imposer ce récit comme celui du camp des vainqueurs de l’Histoire. L’objectif réel, si vous interrogez n’importe qui ayant été en charge du Brexit, va beaucoup plus loin : attaquer les migrants, abaisser les salaires, déréguler l’économie et nous rapprocher de l’Amérique de Trump. Quand les psychopathes qui animent la campagne pour la sortie

Irlande du Nord : inquiétudes à la frontière

Le Brexit est dans tous les esprits et toutes les conversations en Irlande, des deux côtés d’une frontière qui a physiquement disparu depuis le processus de paix. Rappelons qu’en cas de « hard Brexit », sans accord avec Bruxelles, cette frontière serait rétablie. Il s’agirait dès lors non seulement d’une frontière entre la République d’Irlande et le Royaume Uni mais aussi entre l’Union Européenne et le reste du monde. La frontière orientale de l’UE est un exemple de ce à quoi une « hard border » pourrait ressembler : de la Norvège jusqu’à la Mer

Le Brexit et l’indépendance de l’Ecosse

Au-delà des rapports entre le Royaume-Uni et les autres pays de l’Union européenne, le Brexit a réactivé certaines questions nationales. A commencer, naturellement, par la question irlandaise : dénommé « backstop » ou « filet de sécurité », le dispositif envisagé est censé empêcher la montée des tensions consécutive à la déclinaison locale du rétablissement des frontières entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni, à savoir le rétablissement de la frontière entre la République d’Irlande (membre de l’UE ) et l’Irlande du Nord. Mais le Brexit impacte également l’Ecosse. En 2014, lors d’un référendum, l’indépendance de

Congrès travailliste : Jeremy Corbyn renforcé

La conférence annuelle (note 1) du Parti travailliste (Grande-Bretagne) s’est tenue fin septembre. Jeremy Corbyn a, à nouveau, renforcé da position au sein du parti. Après l’élection de Corbyn comme chef du Parti en septembre 2015 puis sa réélection un an plus tard, c’est une nouvelle défaite pour l’aile droite du Parti travailliste, particulièrement influente au sein du groupe parlementaire et de la bureaucratie syndicale (note 2). Cet épisode est d’autant plus significatif qu’il vient après une campagne extrêmement violente, menée par les Conservateurs, la droite du Parti travailliste et les

Comment le Labour britannique peut-il arriver au pouvoir ?

Le Labour revient de loin. Après avoir incarné un modèle de reconversion de parti de masse de la classe ouvrière en parti néolibéral « moderne » prônant une « Troisième Voie » entre conservatisme et socialisme avec l’arrivée de Tony Blair à sa tête en 1994, 13 ans d’exercice du pouvoir avaient épuisé le parti. A la fin du mandat de Gordon Brown en 2010, le « New Labour » se retrouva coupé de sa base militante, décrié pour sa mauvaise gestion de la crise financière, empêtré dans différents scandales et fustigé pour son aventurisme en

Grande-Bretagne, le moment Corbyn

Les choses politiques en Grande-Bretagne ont bien sûr partie liée à l’état du mouvement social et syndical, son dynamisme, ses formes et ses axes thématiques, ses articulations dans le champ intellectuel et éditorial, et ainsi de suite. Avant d’en venir à certains aspects au moins de ces questions dans la période actuelle, une précision ou un rappel est peut-être nécessaire quant à ce qui structure le champ politique par le haut. Lors des principales élections, les législatives (tous les cinq ans), le système électoral britannique fonctionne sur la base d’un