RSS

Février 1962 : Charonne, crime policier, crime d’État

Il y a désormais plus d’un demi-siècle – 57 ans, précisément – que la répression policière a provoqué la mort de huit manifestants (1) au Métro Charonne, le 8 février 1961. Organisée par le Parti communiste et la CGT, cette manifestation avait pour objectif de protester contre les crimes de l’OAS (2) et de réclamer la paix en Algérie, notamment grâce la reprise et à l’accélération du processus de négociation entre le gouvernement français et les combattants algériens. Au début de cette année 1962, les commandos de l’OAS multiplient les attentats Lire la suite…

J’étais, je suis, je serai ! Cent ans après son assassinat, relire Rosa Luxemburg

« Les masses ont été à la hauteur de leur tâche. Elles ont fait de cette ‘défaite’ un maillon dans la série des défaites historiques, qui constituent la fierté et la force du socialisme international. Et voilà pourquoi la victoire fleurira sur le sol de cette défaite. ‘L’ordre règne à Berlin !’ sbires stupides ! Votre ‘ordre’ est bâti sur le sable. Dès demain la révolution se dressera de nouveau avec fracas proclamant à son de trompe pour votre plus grand effroi : j’étais, je suis, je serai ! » Titré « L’ordre règne Lire la suite…

Socialisme ou barbarie ?

Ce texte est tiré d’une brochure écrite par Rosa Luxemburg en prison pendant la Première guerre mondiale, intitulée La crise de la social-démocratie mais connue également sous le nom de Brochure de Junius. La révolutionnaire est alors la première, avec les bolcheviks russes (Lénine commentera d’ailleurs ce texte), à tenter de tirer les leçons de la faillite de la IIe Internationale, en particulier ses sections française et allemande. Ces dernières se révélèrent incapables durant l’été 1914 de s’opposer activement à la marche vers la guerre en mettant en œuvre les moyens qui avaient été Lire la suite…

Un entretien avec Daniel Bensaid sur l’apport de Rosa Luxemburg

L’une, grande dirigeante et théoricienne révolutionnaire, a été assassinée le 15 janvier 1919 à Berlin par des militaires prussiens en pleine révolution allemande. L’autre, dirigeant et théoricien de la 4ème Internationale est décédé à Paris le 12 janvier 2011… Cet entretien a été réalisé par David Muhlmann pour son livre consacré à Rosa Luxemburg : Réconcilier marxisme et démocratie paru aux éditions du Seuil (collection « non conforme ») en mai 2010. Il s’agit là de la dernière interview de Daniel Bensaïd. David Muhlmann : Daniel, vous êtes l’un des penseurs et organisateurs les plus influents Lire la suite…

Toujours à propos de Pétain…

Dans un de ses récents messages sur l’actualité, « L’itinérance en panne sèche. Le 17, vive le blocage ! », Jean-Luc Mélenchon aborde les propos de Macron sur Pétain lors de son itinérance pour le centenaire de 14-18. Dans son commentaire, l’argumentation à propos de Pétain contient une formule importante qui me parait ambigüe. Militant d’Ensemble, ayant soutenu la campagne de Jean-Luc Mélenchon et présent dans un groupe d’action France Insoumise depuis janvier 2017, je voudrais expliquer mon inquiétude. Jean-Luc Mélenchon critique à juste titre la honteuse déclaration de Macron sur Pétain Lire la suite…

Pétain, un vrai salopard !

Macron espérait se relancer avec sa tournée du centenaire de 14-18. C’était assez bien vu, mais c’est raté. D’abord parce que la crise sociale s’est invitée, avec les revendications sur le pouvoir d’achat et le prix de l’essence, avec la mobilisation des ouvriers de Renault, criant à Macron : « Vous n’êtes pas le bienvenu ». Mais aussi parce que le président jupitérien s’est pris les pieds dans le tapis à propos de Pétain, à qui un hommage devait être rendu en même temps qu’aux autres maréchaux français. Hommage qu’a justifié Macron, avant de Lire la suite…

Nous ne commémorerons pas la “victoire” de 1918

Nous ne commémorerons pas la “victoire” de 1918. Nous ne le ferons pas pour faire plaisir à Angela Merkel. Mais il n’est pas question d’exalter ce qui fut une hécatombe inouïe et qui inaugura un XXe siècle brutal, accouchant de tous les monstres, dont nous n’avons pas fini, hélas, de conjurer la mémoire. Quand la guerre s’achève, la question de ses causes ne se pose pas. Ce que l’on veut, ce sont des coupables. Malheur donc au vaincu ! Imposé par les vainqueurs et signé le 28 juin 1919, le traité Lire la suite…