RSS

Résultats Baccalauréat 2019 : Monsieur Blanquer, l’imposture jusqu’au bout

Le dernier feuilleton de la « série baccalauréat 2019 » va rester dans les mémoires. Face à la colère des enseignant-e-s contre les lois Blanquer qui ont décidé la rétention des notes, le ministre Jean Michel Blanquer a répondu par des mesures iniques, illégitimes et arbitraires. En effet il a été autorisé d’administrer des notes pour celles manquantes, issues du bulletin scolaire. Or où l’ensemble des élèves sont traités de la même manière où ils ne le sont pas et cela rompt le caractère égalitaire du bac. Mais c’est exactement

Conseil régional Occitanie : assemblée plénière du 27 juin 2019

L’assemblée plénière du 27 juin 2019, avait comme d’habitude pléthore de rapports à l’ordre du jour, abordés en une seule journée. L’exercice a quelques chose désormais de stakhanoviste et le débat démocratique en pâtit forcément et fortement. Pour nous élus insoumis, administrativement non-inscrits, l’expression démocratique est réduite à sa portion congrue, puisque réduite à une minute de temps de parole pour chacun-e d’entre nous sur l’ensemble des rapports soumis au débat! La Décision Modificative Budgétaire A l’ordre du jour une décision modificative budgétaire pour laquelle nous nous sommes abstenus. En

Déclaration de Myriam Martin, conseillère régionale Occitanie et enseignante gréviste

Non, le baccalauréat ne se déroule pas dans de bonnes conditions, contrairement à ce qu’a déclaré Monsieur Jean Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale. Après le mépris du ministre, les mensonges. Les chiffres annoncés concernant les taux de grévistes sont faux comme l’ont déjà démontré certains médias nationaux (France Info, Libération, etc…). En effet, devant le nombre de grévistes conséquents, les rectorats ont réquisitionné du personnel non enseignant pour surveiller : personnels de vie scolaire, retraités (!), principaux de collèges, IPR (Inspecteurs Pédagogiques Régionaux), IEN (Inspecteurs de l’Éducation Nationale du

Castaner doit démissionner !

Il ne s’agit pas d’une lubie personnelle, ni d’une posture politicienne, je laisse cela justement à tous ceux et toutes celles qui ont enfourché le même cheval que Christophe Castaner sur la soi-disant « attaque » de la Salpêtrière, journalistes et dirigeants politiques (y compris jusqu’à Yannick Jadot, consternant !), sans rien vérifier du tout, pensant surfer sur l’émotion que provoque ce type d’information. Non, il n’y a aucun doute, l’actuel ministre de l’Intérieur doit démissionner car il a commis une faute très grave pour un ministre d’Etat. Les faits sont désormais

Coup de gueule d’une toulousaine en colère

On dit parfois que la colère n’est pas bonne conseillère. Mais quand celle ci est fondée et légitime, il est sain de l’exprimer. C’est donc une saine colère que je souhaite exprimer dans cette déclaration. La manifestation à Toulouse samedi 13 avril n’a pas eu lieu. Cette manifestation appelée par de très nombreuses organisations syndicales, politiques et associatives, contre la loi dite « anti-casseurs », a de fait, été interdite. Comme des milliers de manifestant-e-s gilets jaunes, syndicalistes, militant-e-s ou pas, j’ai été empêchée de manifester. C’est la première fois

Au Conseil régional d’Occitanie…

Aéroport Toulouse-Blagnac : pour un contrôle public ! Lors de l’Assemblée régionale du 28 mars, huit conseillers régionaux, Danielle Azemar, Thierry Cotelle, Liem Hoang Ngoc, Myriam Martin, Marie Meunier, Dominique Satgé, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Serieys ont cosigné un vœu pour le retour dans le giron public de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Après débats, la Région a soutenu l’exigence d’un contrôle public réel de l’aéroport. Les élus de la France Insoumise, aux côtés du collectif contre la privatisation, continuent d’agir pour l’annulation de la vente des parts de l’Etat à Casil Europe. Pollution

Réforme du Lycée Professionnel  : Mr Blanquer, la confiance est vraiment rompue !

On en parle peu, mais en même temps que la réforme du bac général va s’appliquer celle du bac professionnel. Elle intéresse peu les médias, pas plus que ne les intéressent les conséquences que cette réforme induit sur un public élève issu des classes populaires et modestes. Que réserve cette réforme, notamment en ce qui concerne la « rénovation des programmes » ? En congés scolaires depuis le 22 février, quelle ne fut pas ma surprise quand, consultant une de mes boites aux lettres mail, je constatais qu’un message de nos inspecteurs (de

Fusion des régions : bilan d’étape, vrais et faux débats

Adoptée en 2015 la réforme territoriale a réduit le nombre de régions de 22 à 13. La constitution des ces nouvelles grandes régions a été justifiée par la nécessité de réduire “le millefeuille administratif”, traduisez par “on va faire et on doit faire des économies”. Qu’en est-il réellement? Quels bilans peut-on tirer de la fusion des régions? Tout d’abord tordre le cou aux idées reçues du “millefeuille administratif” La fusion des régions, d’après ceux qui la défendaient, allait clarifier et réduire des couches administratives, et allaient permettre la réduction des

Aéroport Toulouse Blagnac, Casil Europe : chronique d’un scandale annoncé

La nouvelle est tombée hier : le consortium chinois « Casil Europe » vendrait ses parts de l’aéroport de Toulouse Blagnac pour la bagatelle de 600 millions d’euros ! Rappelons les faits brièvement : la privatisation de l’aéroport s’est finalisée il y a 4 ans sous la houlette de Mr Macron, alors ministre de l’Economie. Certes, Casil Europe détenait 49,9 % des parts mais la révélation d’un pacte secret avec l’État, a permis à ce consortium de faire en réalité à peu près ce qu’il a voulu : l’Etat détenant 10,1 % des actions, il s’était engagé à

Le grand débat ou le grand bluff ?

C’est avec ces mots qu’un des maires d’une centaine de communes réunis à Souillac (dans le Lot), vendredi 18 janvier, a accueilli le président de la République lors de la deuxième journée du « Grand débat national ». Peut être, est ce bien résumer l’initiative de l’exécutif pour essayer de reprendre la main face à la mobilisation des gilets jaunes depuis le 17 novembre dernier ? En tout cas, de nombreux maires de petites communes n’étaient pas venus là pour faire allégeance au président jupitérien et, au contraire, ne mâchaient pas leurs