RSS

Elections municipales : un deuxième tour aux multiples enseignements

Le deuxième tour des municipales le 28 juin dernier, s’est déroulé dans un contexte inédit, la crise sanitaire liée au Covid 19, et donc trois mois après le premier tour. Ce contexte doit être pris en compte notamment pour expliquer une abstention record, de l’ordre de 58,4 %, du jamais vu à ce type d’élections. Mais la crise sanitaire ne peut à elle seule expliquer une telle abstention. Elle est l’expression de la crise démocratique extrêmement grave que connaît notre pays depuis longtemps : nombreux et nombreuses sont ceux et celles

Pas une voix ne doit manquer pour Archipel Citoyen !

Le 28 juin prochain se tiendra le deuxième tour des élections municipales. A Toulouse, ce vote revêt un enjeu particulier. La possibilité de battre enfin la droite, aux manettes dans notre ville depuis plus d’un demi-siècle avec une seule interruption, s’offre à nous, Toulousains et Toulousaines. La quatrième ville de France est devenue une métropole difficile à vivre au quotidien, embouteillages monstres, insuffisance des transports en commun, une ville polluée. Mais aussi une ville où le maire actuel non seulement ne se préoccupe pas des inégalités mais les a creusées.

Macron : « travaille, consomme et tais toi »

Le Président de la République est intervenu ce 14 juin pour la quatrième fois depuis le début de la pandémie. Il était attendu sur plusieurs terrains, l’économie, l’école, mais aussi sur la question du racisme et des violences policières. Pour une grande partie de l’intervention, des propos creux et sans intérêt ou dans l’esprit néolibéral d’Emmanuel Macron : travaillez, consommez, produisons plus. Comme quoi, sans surprise par ailleurs, pour le président le monde d’après ressemble furieusement au monde d’avant. En pire car l’allusion à la nécessité de travailler davantage laisse présager

Pour une école de l’émancipation

L’école à la maison à cause du confinement, s’est révélée souvent difficile voire impossible pour de nombreux élèves. Contrairement à ce qu’a affirmé Jean Michel Blanquer, la continuité pédagogique ça n’existe pas. Ce qu’a révélé cette période c’est l’explosion des inégalités. Il est temps de redéfinir un vrai projet émancipateur pour l’école. L’épidémie du covid 19 a conduit à l’arrêt, pendant près de 2 mois, de tous les établissements dans notre pays, écoles, collèges, lycées. Une reprise dans les écoles maternelles et primaires, échelonnée à partir du 11, a été

Crise du Covid-19 : résignation ou colère ?

« Beaucoup de certitudes, de convictions seront balayées » a déclaré en début de semaine le chef de l’état. Comment doit-on interpréter les propos d’Emmanuel Macron ? Doit on s’en inquiéter ? il faut plus que jamais aujourd’hui se demander ce que signifie cette déclaration et ce qui peut en découler. Ces propos peuvent entrer en résonance avec le projet de loi d’urgence lié au coronavirus, présenté à l’assemblée jeudi 19 mars, et du coup légitimer notre inquiétude. D’abord ce projet de loi autorisera le gouvernement à légiférer au sujet d’une certain nombre de

Montpellier : la décision scandaleuse et bureaucratique de l’exécutif EELV

La décision brutale de retirer le soutien d’EELV à la tête de liste Clothilde Ollier le week end dernier a choqué bon nombre d’entre nous, au-delà des rangs soutenant la liste qu’elle conduit pour les municipales à Montpellier. Sur la forme c’est une méthode digne d’une autre époque, époque qu’on croyait révolue, et ce d’autant qu’à EELV on met en avant une culture « libertaire » où les groupes locaux bénéficient d’une certaine autonomie. Visiblement ce n’est pas le cas ! Sur le fond les explications données par Julien Bayou, secrétaire national d’EELV,

Région Occitanie : budget 2020….

Le 19 décembre les élu-e-s de la région Occitanie étaient réuni-e-s pour voter le budget primitif 2020. Les faits marquants de cette Assemblée ont été : la censure orchestrée contre les élus de la France Insoumise par le duo Delga/Onesta, l’impossibilité d’améliorer et d’amender un budget qui n’est pas à la hauteurs des enjeux sociaux et écologiques, le refus de Carole Delga et de la majorité de s’opposer au système de retraites par points et le vote d’une interpellation du gouvernement à propos des moyens financiers des collectivités locales. Un fonctionnement

Résultats Baccalauréat 2019 : Monsieur Blanquer, l’imposture jusqu’au bout

Le dernier feuilleton de la « série baccalauréat 2019 » va rester dans les mémoires. Face à la colère des enseignant-e-s contre les lois Blanquer qui ont décidé la rétention des notes, le ministre Jean Michel Blanquer a répondu par des mesures iniques, illégitimes et arbitraires. En effet il a été autorisé d’administrer des notes pour celles manquantes, issues du bulletin scolaire. Or où l’ensemble des élèves sont traités de la même manière où ils ne le sont pas et cela rompt le caractère égalitaire du bac. Mais c’est exactement

Conseil régional Occitanie : assemblée plénière du 27 juin 2019

L’assemblée plénière du 27 juin 2019, avait comme d’habitude pléthore de rapports à l’ordre du jour, abordés en une seule journée. L’exercice a quelques chose désormais de stakhanoviste et le débat démocratique en pâtit forcément et fortement. Pour nous élus insoumis, administrativement non-inscrits, l’expression démocratique est réduite à sa portion congrue, puisque réduite à une minute de temps de parole pour chacun-e d’entre nous sur l’ensemble des rapports soumis au débat! La Décision Modificative Budgétaire A l’ordre du jour une décision modificative budgétaire pour laquelle nous nous sommes abstenus. En

Déclaration de Myriam Martin, conseillère régionale Occitanie et enseignante gréviste

Non, le baccalauréat ne se déroule pas dans de bonnes conditions, contrairement à ce qu’a déclaré Monsieur Jean Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale. Après le mépris du ministre, les mensonges. Les chiffres annoncés concernant les taux de grévistes sont faux comme l’ont déjà démontré certains médias nationaux (France Info, Libération, etc…). En effet, devant le nombre de grévistes conséquents, les rectorats ont réquisitionné du personnel non enseignant pour surveiller : personnels de vie scolaire, retraités (!), principaux de collèges, IPR (Inspecteurs Pédagogiques Régionaux), IEN (Inspecteurs de l’Éducation Nationale du