RSS

Montpellier : dans l’enthousiasme et l’insoumission

L’instance nationale intitulée « Comité électoral de la France insoumise » a notifié le 28/10 une réponse concernant les élections municipales de Montpellier dans laquelle elle s’oppose à toute recherche d’un éventuel accord avec Europe Ecologie les Verts et décide d’apporter son soutien au groupe « Nous Sommes ». Cette décision unilatérale qui ne respecte aucune des procédures prévues par notre mouvement, bafoue la volonté très majoritairement exprimée par l’ensemble des militants de la France insoumise de Montpellier. La quasi totalité des “Groupes d’Action” de notre ville s’est clairement prononcée

Saint Denis (93) : lettre ouverte… et insoumise

À nos ami-es qui ont choisi de « Faire Saint-Denis en commun», et à celles et ceux qui hésitent encore. Nous sommes quatre des cinq élu·es insoumis·es du groupe « Rouge et vert-insoumis » du conseil municipal de Saint-Denis. Ce groupe réunit en outre, deux camarades membres d’Europe Ecologie les verts, un camarade d’Ensemble ! et un militant aussi actif que non-encarté. Cependant, ce texte n’engage que nous. Nous voulons y exposer à quiconque aura la patience de nous lire, les raisons qui ont gouverné notre choix de soutenir sans réserve, la candidature

Municipales Montpellier

À Montpellier, le vert le rouge et le jaune ne s’épousent ils pas ? Nous sommes à l’automne 2019. Toute la France est occupée. Occupée par les projets anti-sociaux de Macron et de son gouvernement et par ses diversions pour faire du Rassemblement national son principal adversaire et donc son meilleur allié ! Toute ?… Non. Une ville (pas un petit village !) résiste, encore et toujours ! A Montpellier, face au maire sortant, un Macron local avant l’heure dont on mesure mieux qu’ailleurs le bluff politique, la ville pourrait

A Marseille, un espoir sans précédent ?

Ironie de l’histoire. Marseille la populaire, malaimée de la République. Marseille qui a été mise sous tutelle de l’État en 1938 après un incendie meurtrier, menace une nouvelle fois brandie l’an dernier après les effondrements de la rue d’Aubagne[1]. Marseille qui expérimente plus que toute autre ville, les dégâts d’une gestion qui prend aux pauvres pour donner aux riches. Marseille une des villes les polluées et les plus inégalitaires de France. Marseille pourrait bien être, en 2020, le lieu où émerge une alternative politique au post-fascisme et à la République

Montpellier : vers une OPA sur la ville ?

Il y a des précédents… Lors des municipales de 1983, nationalement on se souvient de la défaite électorale cinglante de la gauche. Le PS et le PCF prennent une raclée et perdent un grand nombre de leurs municipalités au profit du RPR et de l’UDF. Dans la région, et plus particulièrement dans le Gard, 1983 est l’année de la prise de Nîmes par l’industriel Jean Bousquet au PCF. Maire visionnaire pour les uns, mégalo pour les autres, l’histoire ne se termine pas très bien pour lui avec en 1997 une

Montpellier : lancement d’un appel pour co-construire une liste de confluences

Ce vendredi 5 juillet était présenté à la presse un appel pour la co-construction d’une liste de confluences, pour une alternative sociale, écologique et démocratique. Cet appel a été impulsé et soutenu par les insoumis.e.s de Montpellier. Muriel Ressiguier, député de Montpellier a d’ailleurs introduit la conférence de presse. Il est soutenu par un grand nombre de militant-e-s, d’habitant-e-s de Montpellier venant de mouvements écologistes, sociaux, Gilets Jaunes, … des différents quartiers de Montpellier, d’origine sociale très diverse comme le montre la liste des 100 premiers signataires. Point de hasard donc

Contribution d’Ensemble Insoumis à propos des prochaines élections municipales

« Where there’s revolution there’s confusion and when there’s confusion a [collective] who knows what he wants, stands a good chance of getting it. » A Fistful of Dynamite, Sean Mallory. Depuis les dernières élections présidentielles et législatives de fortes colères sociales se sont soulevées avec le mouvement des Gilets Jaunes. L’urgence écologique a aussi été au cœur des préoccupations, notamment grâce à la jeunesse, avec les marches climat, les actions directes à l’encontre des banques et des multinationales ou le rapport de l’IPBES sur la crise de la biodiversité. Malheureusement les