RSS

Il y a 40 ans, Nicaragua : le Front sandiniste au pouvoir

C’est en juillet 1979 que le Front sandiniste de libération nationale (FSLN) prend le pouvoir au Nicaragua. C’est l’aboutissement d’un processus original dont la dernière étape s’est déroulée au printemps 1979 avec l’appel à la grève générale lancée le 4 juin par le FSLN. Cette phase finale a été préparée par plusieurs grèves générales, des insurrections partielles et un long travail d’usure des forces de répression menée des actions de guérilla. La grève générale se transforme alors en insurrection urbaine massive, notamment dans la capitale (Managua) avec apparition de différents

Nicaragua : entretien avec la commandante sandiniste Mónica Baltodano

Afin de comprendre et d’expliquer, de manière rigoureuse, ce qui se passe au Nicaragua, La Tizza a envoyé une série de questions à plusieurs acteurs politiques de ce qui est devenue « la crise nicaraguayenne ». Mónica Baltodano est une femme avec sa propre voix au sein du camp révolutionnaire dans ce pays d’Amérique centrale : elle fut commandante guérillera durant l’étape insurrectionnelle de l’offensive finale, en 1978-1979, contre la dictature somoziste. Elle est titulaire de l’ordre Carlos Fonseca, distinction suprême octroyée par le FSLN aux personnalités qui se sont distinguées dans la

Nicaragua : d’où vient le régime de Daniel Ortega et de Rosario Murillo ?

La gauche a de multiples raisons supplémentaires de dénoncer le régime d’Ortega au Nicaragua et la politique qu’il mène. Pour comprendre cela, il est nécessaire de résumer ce qui s’est passé depuis 1979. Une authentique révolution en 1979 Le 19 juillet 1979, une authentique révolution populaire a triomphé au Nicaragua et a mis fin au régime de la dynastie dictatoriale des Somoza. Le Front sandiniste de libération nationale (FSLN) a joué un rôle fondamental dans la victoire grâce à son rôle dans la lutte armée, à ses initiatives politiques et

Déclaration urgente pour le Nicaragua

Par ce document, en tant qu’intellectuel·les, militant·e·s sociaux, universitaires, nous voulons exprimer notre ferme condamnation face à la grave situation de violence politique exercée par l’Etat ainsi que de la violation des droits humains en cours au Nicaragua. Ces violations sont de la responsabilité de l’actuel régime d’Ortega-Murillo [président et vice-présidente] et ont provoqué environ 300 morts au cours des trois derniers mois. L’indignation, la douleur, le sentiment de frustration historique sont d’autant plus forts car une telle aberration politique est le résultat de l’action de dirigeants et de gouvernements