RSS

François, Juan… et les autres

J’veux du soleil de Gilles Perret et François Ruffin François Ruffin a réalisé avec Gilles Perret le film « J’veux du soleil ». Ils vont à la rencontre des occupants de rond-points puis vont dans les demeures de certains des personnes rencontrées. La détresse sociale qui habituellement est une honte solitaire se raconte à la première personne du singulier et face caméra. Chaque interview est un exemple de ce gaspillage d’humanité que produit cette société capitaliste. Voici quelques extraits du récit, tout en sensibilité, qu’en fait le journaliste Antoine Perraud dans Mediapart : « Du

Gilets Jaunes à Béziers : J’veux du soleil.

À Béziers : du documentaire à la réalité ou de la réalité au documentaire ? À cette question nous pouvons répondre : “les deux, camarade”. Les deux se nourrissent mutuellement. En effet, depuis le 17 novembre le mouvement des Gilets Jaunes s’est fait remarquer entre autre par ses revendications, sa fierté, sa fraîcheur et son inventivité. Mais aussi par sa visibilité. D’abord par la couleur du soleil : le jaune flashy qui se voit de loin, crève les écrans. Les lieux d’intervention ensuite : les ronds-points, devant des centres économiques,

Ruffin parraine la Carmagnole : Montpellier, 17 octobre 2018

Lieu Politique non lié à un parti, la Carmagnole est née début 2018 sous l’impulsion de militant-e-s politiques (FI, PG, E!, PC), et de militant-e-s associatifs. L’émergence de ce projet n’est pas arrivé par hasard ici et maintenant, une raison en est notamment l’absence à Montpellier d’espace pour débattre, échanger sur les questions du mouvement social et politique. Difficile du fait du blocage du Maire, pour les collectifs, pour les syndicats, pour les associations de trouver une salle pour se réunir et encore plus pour prendre des initiatives politiques. La

La Fête à Macron le 5 mai !

Plus de mille personnes ont répondu à l’invitation de François Ruffin, et de Frédéric Lordon, à débattre à la Bourse du Travail de Paris le mercredi 4 avril. Sur le thème : « Qu’est-ce qu’on peut faire ? », notamment pour aider les mouvements sociaux en cours. Ambiance festive, musicale, poétique, et ambiance de lutte : tout était mélangé ce mercredi soir 4 avril à la Bourse du travail de Paris. L’initiative a circulé en quelques jours sur les réseaux sociaux : la grève des cheminots a commencé fort, il