RSS

Élection présidentielle aux États-Unis : le débat à gauche

L’organisation des socialistes démocrates d’Amérique (DSA), qui revendique désormais 70 000 membres, participera à l’élection présidentielle nationale de novembre 2020 en ne soutenant aucun candidat. La dernière convention de DSA a voté que si Bernie Sanders n’était pas candidat, elle n’approuverait personne. La motion n’empêche toutefois pas les membres de DSA, en tant qu’individus, de travailler ou de voter pour Biden. Certains travailleront effectivement pour Biden et beaucoup voteront pour lui, bien que pratiquement aucun membre de DSA ne lui apporte un réel soutien politique. OrphelinEs de Sanders Pour les militantEs

Etats-Unis. « Le problème de Bernie n’était pas sa stratégie de campagne »

Bernie Sanders désormais hors course, de gauche et de droite les commentateurs accablent sa campagne, affirmant que la défense d’une politique de classe était trop présente, ou pas assez. Comme si la stratégie de Bernie était le problème! Le problème était que l’establishment démocrate avait réuni si efficacement toute sa force contre lui. En matière de campagnes politiques, les nécrologies sont toujours des autopsies. Faisant le bilan de la campagne, les commentateurs tentent évidemment de déterminer la cause du décès. La fin récente de la campagne de Bernie Sanders ne

USA : Bernie Sanders annonce sa candidature

Quand B. Sanders a annoncé sa candidature en 2015, les élites politiques et médiatiques l’ont rejeté en le disant extérieur (au cercle politique) et radical dans ses idées. Il ne serait donc pas pris au sérieux dans les primaires démocrates et les caucus d’électeurs.trices. Maintenant qu’il annonce encore une fois sa candidature à la Présidence, les mêmes aristocrates politiques et médiatiques s’égosillent sur la difficulté qu’il aura à se distinguer parmi tous les autres candidats.es qui reprennent ses positions sur les enjeux allant de Medicare pour tous et toutes, de

USA : appel salutaire de Bernie Sanders

L’appel lancé par Bernie Sanders le 9 octobre en faveur de la construction «d’un mouvement démocratique mondial pour contrer l’autoritarisme« met chacun et chacune de nous devant ses responsabilités : oui ou non sommes-nous disposés à unir urgemment nos forces pour nous battre contre la peste autoritaire, raciste et d’extrême droite avant qu’il ne soit trop tard ? Evidemment, loin de Bernie Sanders l’idée de lancer un simple appel qui se contente de demi-mots ou de généralités confuses et sans objectifs clairs et précis. Au contraire, son long appel est