RSS

Psychia­trie, EHPAD, à Rouen et ailleurs : le vent de la colère

La situa­tion dans le domaine du soin et de la santé se dété­riore de façon alar­mante. C’est l’aus­té­rité avec la baisse du budget de la Sécu­rité sociale et de celui des hôpi­taux. C’est la dimi­nu­tion du person­nel toutes caté­go­ries, l ‘explo­sion du nombre des contrac­tuels, la multi­pli­ca­tion des déserts médi­caux. C’est au nom des parte­na­riats public-privé, de la gouver­nance qui est impo­sée au public au nom de cette logique, une priva­ti­sa­tion du système de santé. C’est encore la dispa­ri­tion program­mée de la Sécu­rité Sociale au profit des complé­men­taires et des

Euthanasie et suicide assisté

Nous savons que le droit à vivre humainement, dans un pays riche comme la France, est loin d’être une réalité dès la naissance du fait des inégalités territoriales, sociales et hommes-femmes. Les conditions de la mort connaissent autant d’inégalités. Bien plus, le droit à mourir, la liberté d’un individu face à une maladie incurable, des souffrances insupportables, l’épuisement de ses capacités à préserver ce qu’il estime être “vivre”, ce droit et cette liberté n’existent pas, sont passibles de poursuites et de condamnations. Alors que s’ouvrent les États généraux de la