RSS

La Commune. Épisode 13 : la Semaine sanglante

Le 21 mai, les premières troupes versaillaises entrent dans Paris par la Porte de Saint-Cloud. Le Conseil de la Commune apprend la nouvelle alors qu’il est en réunion, mais sans véritablement prendre la mesure de l’évènement. Lissagaray, l’historien que l’on a déjà beaucoup cité, racontent les évènements en ces termes : « des groupes se forment. On commente la dépêche. Tout se passe en causeries. Il n’y a ni motions ni débats. Personne ne demande d’établir une permanence. Personne ne somme ses collègues de mander le Comité de Salut public. Le

La Commune. Épisode 12 : du 1er au 21 mai, difficultés et divisions de la Commune

Au cours de la première quinzaine de ce mois de mai 1871, la Commune continue à prendre des mesures en matière sociale et politique et poursuit son œuvre législative. Mais, en même temps, pour l’essentiel, son activité est polarisée par la lutte pour sa survie contre les offensives versaillaises ainsi, d’ailleurs, que par les dissensions internes de la Commune elles-mêmes produites par les tensions créées par l’offensive des Versaillais. Avant d’aborder ces questions, évoquons la poursuite de l’œuvre de la Commune en Mai. Le 2 mai, la Commune abolit le

Etat espagnol. « Pour un Pacte de Saint Sébastien du XXIe siècle »

Le 14 avril 1931, la Seconde République fut proclamée, après des élections municipales qui démontrèrent la volonté des peuples de l’État espagnol d’entreprendre un processus de démocratisation de celui-ci tout en intégrant pleinement les classes populaires à la vie civile et politique afin de promouvoir les changements sociaux. L’universalisation véritable du suffrage universel, le début de la reconnaissance d’une nationalité plurielle ou une Grande Charte qui, malgré ses limites, inspira le constitutionnalisme de l’entre-deux-guerres, sont quelques-uns des éléments les plus marquants de la nouvelle période ouverte à laquelle le Pacte de

La gauche allemande a une nouvelle direction mais pas de stratégie

Après des années de stagnation dans les sondages et de baisse de ses résultats électoraux, le parti allemand Die Linke [La gauche] espère que sa nouvelle équipe dirigeante, issue de son congrès de février dernier, lui fera retrouver les perspectives prometteuses des années 2000. Mais alors que sa base sociale dans l’ancienne Allemagne de l’Est se fragmente, Die Linke n’a pas seulement besoin d’une stratégie marketing différente – il doit plutôt reconstruire ses racines dans la vie de la classe travailleuse.  Les 26 et 27 février dernier, Die Linke a

Etats-Unis-Chine. Une guerre en perspective ?

Les dirigeants de la Chine et des États-Unis ne cherchent certainement pas à se faire la guerre. L’administration Biden et le régime du président chinois Xi Jinping considèrent tous deux la relance et la croissance économiques comme leurs principaux objectifs. Tous deux sont conscients que tout conflit entre eux, même limité à l’Asie et mené avec des armes non nucléaires – ce qui n’est pas joué d’avance – entraînerait des dommages régionaux catastrophiques et pourrait mettre l’économie mondiale à genoux. Aucune des deux entités n’a donc l’intention de déclencher délibérément

Brésil. Dix notes sur le PSOL et la lutte pour un gouvernement de gauche

En mars, nous avons assisté à un changement de situation au Brésil en raison de trois événements majeurs. Deux étaient prévisibles : l’aggravation du cataclysme sanitaire et un nouveau moment de contraction économique. Le troisième fut une surprise : l’annulation des peines prononcées contre Lula et la suspicion du juge Sergio Moro de la STF (Cour Suprême de Justice). Cette combinaison d’événements a affaibli le gouvernement Bolsonaro et a ouvert la possibilité d’élever le niveau de résistance face au gouvernement d’extrême droite. Il a également anticipé le débat sur les candidatures

Cuba : « Le Congrès du Parti et plus de continuité »

Le VIIIe Congrès du Parti communiste de Cuba [qui s’est ouvert le 16 avril] mettra en scène le départ à la retraite de la vieille garde et de Raúl Castro lui-même. Mais à Cuba, on parle de bien d’autres choses : de l’unification monétaire, de la pandémie, des vaccins cubains, de la crise et de la possibilité d’abattre du bétail après presque 60 ans d’interdiction. Ce « congrès de la continuité historique » résume les tensions entre l’inertie et le changement. Les gens de La Havane parlent. Ils parlent de tout.

Coordination des collectifs Ensemble! d’Occitanie

Le mouvement Ensemble en Occitanie est actuellement en débat pour définir sa position définitive pour les prochaine élections régionales. Notre objectif est de battre la droite et l’extrême-droite tout en réorientant les politiques régionales. En effet, Ensemble ! estime que le bilan de la majorité sortante, s’il présente des points positifs, n’est pas à la hauteur du point de vue des mesures indispensables pour faire face aux graves crises sociales, écologiques, démocratiques de l’heure. C’est pourquoi, nous ne nous engagerons pas dans le soutien au premier tour à la liste

Les indépendances néocoloniales de 1960 en Afrique : soixante ans après…

En 1960, 17 territoires coloniaux d’Afrique centrale (Cameroun – sous tutelle de l’ONU, administré par la France –, Centrafrique, Congo, Congo belge, Gabon, Tchad), occidentale (Côte d’Ivoire, Dahomey/Bénin, Haute-Volta/Burkina Faso, Mauritanie, Niger, Nigeria, Soudan français/Mali, Sénégal, Togo sous tutelle de l’ONU, administré par la France), australe (Madagascar) et orientale (Somalie) sont proclamés États indépendants. Ainsi, l’année 2020 est celle de leur soixantenaire. Mais, presque partout, le nouveau coronavirus et sa pandémie en ont gêné la célébration, prévue sans doute fastueuse. Par ailleurs, cette pandémie peut aussi être considérée comme une

L’Union européenne, le Brexit, la Grèce de l’été 2015, la gauche et autres considérations

La sortie de « Conversations entre adultes »1 et la campagne en vue des élections générales britanniques sur fond de Brexit m’avaient incité, entre autres choses, à rédiger les notes que j’avais utilisées pour concevoir mon rapport introductif lors d’un atelier de l’Université d’automne d’Ensemble (2019) et consacré à « L’Union européenne et ses ruptures »2. En voici donc, avec quelque retard, une version finalisée. Le propos du rapport3 était de donner un éclairage particulier à la question de la rupture et/ou de la désobéissance avec l’Union européenne (ou avec

Le 16 mars, les jeunes se mobilisent contre la précarité et pour leur avenir !

Alors que depuis plusieurs mois, les étudiant·es se mobilisent et alertent sur la situation à laquelle ils font face, le gouvernement commence enfin à céder du terrain. En effet, le ministère de l’Enseignement Supérieur de de la Recherche a ouvert le repas à 1 euros au CROUS à tou·tes les étudiant·es. Cela s’est fait grâce à la mobilisation des jeunes. Frédérique Vidal s’est également engagée à mettre à disposition gratuitement des produits périodiques dans les universités et les CROUS, suite à la mobilisation sur la précarité menstruelle. Nous nous réjouissons de ces mesures demandées de longue date mais répétons

En défense des libertés ! (communiqué unitaire)

A l’appel des groupes parlementaires de France Insoumise, une réunion a été proposée à tous les partis et toutes les organisations politiques de gauche et écologiques pour examiner, ensemble, les conditions d’une expression commune voir d’initiatives. Tout en regrettant le refus de plusieurs partis de s’associer à cette réunion unitaire et pour d’autres de s’associer à une déclaration commune, un certain nombre d’organisations présentes, jugeant essentiel de s’opposer en commun à la dérive de l’exécutif, ont tenu à aller jusqu’au bout de la démarche. Voici leur déclaration.  La chasse aux