RSS

Refusons le projet de loi sanitaire et les régressions sociales

Le pass sanitaire marquera la vie de millions de Français·es, puisqu’en très peu de temps, et encore plus dès lors que le test PCR ne sera plus gratuit, toute vie sociale et professionnelle sera contrainte par le fait d’être vacciné. Pourtant, cette décision a été prise de façon autoritaire, non démocratique, dans un cadre de délibérations obscures, celui d’un seul homme : le président de la République qui n’aura réuni que le seul Conseil de défense. Elle passe outre toute discussion réelle au Parlement qui est, une fois encore, considérée comme

Sur la vaccination…

Quelques remarques sur le débat en cours. 1. Le problème de la vaccination ne peut pas être traité comme un simple problème de liberté individuelle, tout simplement parce que ne pas être vacciné a des conséquences sur les autres. Toute liberté est toujours encadrée et relative au bien commun. La vaccination obligatoire existe déjà, et depuis longtemps, pour un certain nombre de vaccins. De plus, quand on va dans un certain nombre de pays, il est obligatoire de se faire vacciner contre telle ou telle maladie. Dans son principe, la

Contribution sur le contexte actuel, vaccination, déclaration de Macron

Cette contribution au débat a pour objectif de débattre, c’est à dire de confronter des points de vue, dans le respect des un-e-s et des autres et de le faire en toute sérénité, c’est à dire en s’extirpant du temps court des réseaux sociaux. Au delà de l’allocution de Macron sur laquelle je reviendrai, je souhaitais dire mon malaise quant à des « prises de position », plus exactement « des saillies », trouvées justement sur les réseaux sociaux divers et variés, qui m’ont déterminée à rédiger cette modeste contribution. Sans parler de certains

Inondations : ceci n’est pas une catastrophe naturelle

Au moment où nous écrivons, les terribles inondations qui ont frappé la Belgique, une partie de l’Allemagne et les Pays-Bas ont fait plus de cent morts. Des dizaines de milliers de gens ont dû être déplacés, ont tout perdu et resteront traumatisés à jamais. D’autres n’ont même pas eu cette « chance », hélas, et le grand nombre de personnes disparues (1300 en Allemagne) ne laisse malheureusement pas de doute : au final, le bilan macabre sera beaucoup, beaucoup plus lourd. Les dégâts matériels sont immenses, sans parler des impacts en termes

A propos des manifestations du 11 juillet à Cuba

Six jours après les événements et après s’être livrée à une analyse approfondie, la rédaction de Comunistas rend publique cette déclaration sur les manifestations de protestation qui se sont déroulées à Cuba dimanche dernier, 11 juillet. De façon quasi simultanée et avec plus ou moins d’intensité, Cuba a connu le 11 juillet une série d’explosions sociales qui ont touché au moins 6 des 14 provinces qui constituent le pays. Au cours des 62 années écoulées depuis la victoire de la Révolution sous la direction du commandant Fidel Castro Cuba n’avait jamais connu

Pour une couverture vaccinale généralisée !

# 6 – Note du groupe de réflexion sur la crise sanitaire – Juillet 2021 Il est urgent que les brevets sur les vaccins soient levés ! Il est impératif que la couverture vaccinale de la population, ici et dans le monde, se généralise ! Il est indispensable que les soignant.es soient vacciné.es contre le Covid ! Comme l’été dernier, nous sommes sorti.es du confinement et nous ne souhaitons pas y retourner. Nous voulons oublier le plus vite possible ces dix-huit mois qui ont été si difficiles pour la population – à l’exception des milliardaires

Canicules catastrophiques au Canada

Certain.e.s se dépensent dans les médias pour assurer que le projet de rapport qui a fuité du GIEC est catastrophiste et que le rapport final sera plus nuancé (voir notre article « Pour le climat, pour la vie, pour nos enfants, c’est maintenant »)(1). On semble vouloir nous apaiser et nous convaincre que les gouvernements ont compris la gravité de la crise climatique, qu’ils sont en train de prendre les bonnes décisions. Pourtant, la terrible vague de chaleur dans le Nord-Ouest de l’Amérique du Nord donne plutôt raison a celles et ceux

Anne Hidalgo augmente le temps de travail de ses personnels, sa majorité approuve

Rangez les drapeaux, oubliez les chansons, le 150eme anniversaire de la Commune de Paris c’est terminé ! Après des mois de mobilisation des personnels, le Conseil de Paris approuve les nouvelles règles concernant le temps de travail pour les personnels de la Ville. L’exécutif décide de mettre en œuvre des mesures de régression sociale qu’il pouvait pourtant éviter. En application de la loi de transformation de la Fonction publique de 2019, les collectivités locales doivent faire passer le temps de travail à 1607 heures par an au 1er janvier prochain. Si l’exécutif parisien se targue d’un «

Jusqu’à quand l’effacement de la gauche ?

À peine le temps de souffler, le danger écarté en Paca, qu’il faut déjà mesurer les dégâts. Sans jamais jurer de rien, il est probable (toutes choses égales par ailleurs, mais admettons que c’est rare en politique) que c’est la dernière fois qu’on pourra écarter l’infâme de cette manière. Et en plus le prix à payer pour la gauche est de plus en plus lourd. Insupportable. Non seulement il a fallu voter pour une liste qui comprend peut-être le futur leader local du parti néo-fasciste (on se souvient que Mariani

Mexique. Sur les élections du 6 juin.

Il y a des victoires amères. L’une d’entre elles est la victoire des « obradoristes », le 6 juin 2021, lors des élections les plus importantes de l’histoire du Mexique, des élections de mi-mandat qui se sont tenues à un moment crucial pour le gouvernement d’Andrés Manuel López Obrador (AMLO). Bien qu’il ne soit pas lui-même candidat, on sait que le jour du scrutin est une sorte de référendum sur sa présidence. Avec un taux de participation quantitatif supérieur à toutes les élections de mi-mandat précédentes (plus de 47 millions

A lire : “Clivages politiques et inégalités sociales”.

Le volumineux ouvrage de Amory Gethin, Clara Martinez-Toledano, Thomas Pikietty « Clivages politiques et inégalités sociales » cherche des éléments de réponses à une question qui taraude les militant-e-s de la gauche radicale : comment se fait-il que, alors que le capitalisme mondialisé produit toujours plus d’inégalités, de violences, de désastres environnementaux, ce sont plutôt des coalitions ultra réactionnaires, voir de type fasciste qui remportent des succès électoraux pouvant les conduire au pouvoir, ceci dans un très grand nombre de pays ; certes un certain nombre d’exceptions ( en Amérique Latine) ou de retournements