RSS

Grave attaque fasciste contre la CGIL

Depuis plusieurs semaines, le mouvement antivax et anti-pass sanitaire (le Green Pass) organisait des manifestations dans les principales villes italiennes, sur les mêmes thèmes qu’en France, dans la même confusion complotiste, portées par les mêmes forces au sein desquelles l’extrême-droite fascisante était très présente, sans toutefois avoir la même ampleur que les premières manifestations françaises. La situation s’est tendue le samedi 9 octobre, particulièrement à Milan et surtout à Rome, lors de manifestations regroupant chacune environ dix mille personnes. Ces manifestations étaient organisées à la veille de la mise en

Clémentine Autain : « On ne négocie pas avec l’extrême droite »

L’air du temps fait frémir. La planète étouffe, les pays pauvres n’arrivent pas à contenir la pandémie, un grand carnage social est en cours dans notre pays où l’on nous promet encore une nouvelle baisse des droits au chômage et à la retraite… Et pourtant, tout fonctionne comme si l’insécurité et le terrorisme étaient nos seuls problèmes. Bien sûr, celui ou celle qui affirmerait que les préoccupations autour de ces questions sont infondées ferait preuve d’une terrible irresponsabilité. Ce n’est pas la députée de Seine-Saint-Denis que je suis qui dira

Appel pour les libertés et contre les idées d’extrême droite, le 12 juin !

Depuis maintenant plusieurs mois, nous constatons un climat politique et social alarmant. S’allier avec l’extrême droite ou reprendre ses idées ne constituent plus un interdit. Les propos et actes racistes et sexistes au travail et dans la vie se propagent. Les attaques contre les libertés et les droits sociaux s’accentuent gravement. Dans ce contexte politique, économique, social et sanitaire les injustices explosent et génèrent une forte misère sociale. Plusieurs lois liberticides organisent une société autoritaire de surveillance et de contrôle qui empêcheraient d’informer sur des violences policières, déjà trop importantes.

Appel pour les libertés, contre les idées d’extrême droite

Depuis maintenant plusieurs mois nous constatons toutes et tous que le climat politique et social en France, comme partout en Europe et dans le monde est de plus en plus imprégné́ par l’extrême droite et ses idées. Face à ce climat de haine, raciste et attentatoire aux libertés individuelles et collectives, nous appelons à une réaction forte, unitaire et rassembleuse, pour réaffirmer notre combat commun contre l’extrême droite, ses idées, et toutes celles et ceux qui participent à sa propagation. De Bolsonaro à Trump en passant par Orban et Salvini,

Extrême-droite : la tentation des armes ?

La tribune publiée dans Valeurs actuelles, le jour anniversaire du « Putsch des généraux d’Alger » et signée par une vingtaine de généraux en retraite et « près d’un millier de militaires d’actives », pourrait être considérée comme une résurgence nostalgique de galonnés désœuvrés. Il s’agit en réalité d’un événement bien plus important et plus grave qu’il convient de prendre au sérieux et d’analyser avec attention. Quels sont les principaux thèmes abordés dans cette tribune ? Le mot clé en est le « délitement de la France. Délitement dû à l’antiracisme, à l’islamisme, à la haine

Les convergences entre extrêmes-droite et fondamentalistes musulmans

Il est logiquement admis et avéré que la droite européenne s’oppose à l’islam politique. Il existe cependant dans certains cercles des partis conservateurs et populistes de droite une affinité répandue, quoique peu connue, pour l’islam politique, considéré alors comme un allié contre des ennemis communs. L’histoire entre l’extrême-droite européenne et l’islamisme est un phénomène qui remonte au milieu du siècle dernier. L’un des premiers militants d’extrême droite occidentale à avoir flirter ouvertement avec un islam politique a été Robert Gordon-Canning, responsable de la politique étrangère de l’Union britannique des fascistes

Hanau, le terrorisme d’extrême droite et l’imprégnation fasciste

Le fascisme a frappé à nouveau il y a quelques jours à Hanau. Ce constat devrait assurément constituer une évidence partagée, et pourtant nombre de professionnels du commentaire politique s’échinent à dépolitiser cet acte de terreur en en proposant – explicitement ou implicitement – une interprétation psychologisante, faisant de Tobias Rathjen un « loup solitaire », isolé et désaxé. Le Parisien, dans son édition du 21 février, ose ainsi classer comme « fait divers » l’assassinat de neuf personnes, immigrés ou descendants d’immigrés d’origines turque, kurde, bosniaque, polonais et bulgare ; pourtant un assassinat manifestement planifié et