RSS

Les Châlonais.es ensemble à gauche

La campagne de la gauche unie bat son plein à Châlons en Champagne (département de la Marne, 45 000 habitant.es avec une communauté d’agglo de 80 000, à droite depuis 25 ans). De réunions de quartier en réunions thématiques, les moments militants et citoyen.nes s’enchaînent pour la liste “les Châlonais.es ensemble à gauche”, permettant des débats riches, la création d’un collectif de plusieurs dizaines de militants sur la ville et un début de dynamique populaire qui contraste d’avec un climat local habituellement assez atone. Face à trois listes “sans étiquettes”

A Sotteville, on y va Ensemble !

Sotteville les Rouen est la 4ème ville de Seine Maritime avec 30 000 habitant-es. C’est une ville où l’emprunte SNCF est encore forte, même si elle tend à diminuer. Le PS y domine depuis quelques décennies, mais comme ailleurs, il connait une crise politique, doublée de questions de personnes. Il est aussi dominant à la métropole rouennaise qui rassemble 71 communes. Par des parcours différents, le PC et “Sotteville à gauche vraiment” (Ensemble- NPA- militant-e-s associatifs) se sont retrouvés dans l’opposition à la maire. Un travail commun s’est développé pour

Renforcer la dynamique de la liste « Décidons Paris »

Déclaration commune Ensemble Insoumis Paris et de Pour une Ecologie Populaire et Sociale (PEPS) : 1) Ensemble Insoumis Paris et PEPS Paris se sont rencontrés et réaffirment leur plein engagement dans la campagne de Décidons Paris. 2) Pour nous c’est important de le réaffirmer aujourd’hui alors que les mouvements sociaux auxquels nous participons activement, notamment les grèves et les manifestations pour protéger nos retraites ont démontré leur résilience et leur capacité à rebondir face à l’intransigeance de Macron et à la répression brutale de la police. Sans cesse renouvelé, le mouvement

Ensemble Insoumis en campagne avec la liste “Décidons Paris”

Nous y sommes ! Le 25 janvier dernier, l’assemblée citoyenne de la liste Décidons Paris a validé le long processus de discussion et de co-construction  qui a permis à des centaines de militant.e.s associatifs  et citoyen.e.s engagé.e.s, à des militant.e.s et sympathisant.e.s de la France Insoumise, du Parti de Gauche, de PEPS (Pour une Ecologie Populaire et Sociale), REV (Révolution Ecologique pour le Vivant) et d’Ensemble Insoumis d’élaborer ensemble un programme et de choisir 17 binômes têtes de listes. Evidemment, nous militant.e.s d’Ensemble Insoumis, nous faisons partie de l’aventure depuis le début et

Montpellier : la décision scandaleuse et bureaucratique de l’exécutif EELV

La décision brutale de retirer le soutien d’EELV à la tête de liste Clothilde Ollier le week end dernier a choqué bon nombre d’entre nous, au-delà des rangs soutenant la liste qu’elle conduit pour les municipales à Montpellier. Sur la forme c’est une méthode digne d’une autre époque, époque qu’on croyait révolue, et ce d’autant qu’à EELV on met en avant une culture « libertaire » où les groupes locaux bénéficient d’une certaine autonomie. Visiblement ce n’est pas le cas ! Sur le fond les explications données par Julien Bayou, secrétaire national d’EELV,

Montpellier : dans l’enthousiasme et l’insoumission

L’instance nationale intitulée « Comité électoral de la France insoumise » a notifié le 28/10 une réponse concernant les élections municipales de Montpellier dans laquelle elle s’oppose à toute recherche d’un éventuel accord avec Europe Ecologie les Verts et décide d’apporter son soutien au groupe « Nous Sommes ». Cette décision unilatérale qui ne respecte aucune des procédures prévues par notre mouvement, bafoue la volonté très majoritairement exprimée par l’ensemble des militants de la France insoumise de Montpellier. La quasi totalité des “Groupes d’Action” de notre ville s’est clairement prononcée

Saint Denis (93) : lettre ouverte… et insoumise

À nos ami-es qui ont choisi de « Faire Saint-Denis en commun», et à celles et ceux qui hésitent encore. Nous sommes quatre des cinq élu·es insoumis·es du groupe « Rouge et vert-insoumis » du conseil municipal de Saint-Denis. Ce groupe réunit en outre, deux camarades membres d’Europe Ecologie les verts, un camarade d’Ensemble ! et un militant aussi actif que non-encarté. Cependant, ce texte n’engage que nous. Nous voulons y exposer à quiconque aura la patience de nous lire, les raisons qui ont gouverné notre choix de soutenir sans réserve, la candidature

Municipales Montpellier

À Montpellier, le vert le rouge et le jaune ne s’épousent ils pas ? Nous sommes à l’automne 2019. Toute la France est occupée. Occupée par les projets anti-sociaux de Macron et de son gouvernement et par ses diversions pour faire du Rassemblement national son principal adversaire et donc son meilleur allié ! Toute ?… Non. Une ville (pas un petit village !) résiste, encore et toujours ! A Montpellier, face au maire sortant, un Macron local avant l’heure dont on mesure mieux qu’ailleurs le bluff politique, la ville pourrait

A Marseille, un espoir sans précédent ?

Ironie de l’histoire. Marseille la populaire, malaimée de la République. Marseille qui a été mise sous tutelle de l’État en 1938 après un incendie meurtrier, menace une nouvelle fois brandie l’an dernier après les effondrements de la rue d’Aubagne[1]. Marseille qui expérimente plus que toute autre ville, les dégâts d’une gestion qui prend aux pauvres pour donner aux riches. Marseille une des villes les polluées et les plus inégalitaires de France. Marseille pourrait bien être, en 2020, le lieu où émerge une alternative politique au post-fascisme et à la République

Montpellier : vers une OPA sur la ville ?

Il y a des précédents… Lors des municipales de 1983, nationalement on se souvient de la défaite électorale cinglante de la gauche. Le PS et le PCF prennent une raclée et perdent un grand nombre de leurs municipalités au profit du RPR et de l’UDF. Dans la région, et plus particulièrement dans le Gard, 1983 est l’année de la prise de Nîmes par l’industriel Jean Bousquet au PCF. Maire visionnaire pour les uns, mégalo pour les autres, l’histoire ne se termine pas très bien pour lui avec en 1997 une

Montpellier : lancement d’un appel pour co-construire une liste de confluences

Ce vendredi 5 juillet était présenté à la presse un appel pour la co-construction d’une liste de confluences, pour une alternative sociale, écologique et démocratique. Cet appel a été impulsé et soutenu par les insoumis.e.s de Montpellier. Muriel Ressiguier, député de Montpellier a d’ailleurs introduit la conférence de presse. Il est soutenu par un grand nombre de militant-e-s, d’habitant-e-s de Montpellier venant de mouvements écologistes, sociaux, Gilets Jaunes, … des différents quartiers de Montpellier, d’origine sociale très diverse comme le montre la liste des 100 premiers signataires. Point de hasard donc