RSS

Otelo Carvalho, de la guerre coloniale à la révolution

Dans cet article, Chris Bambery (1) évoque Otelo Savaira de Carvalho, le cerveau de la Révolution des œillets qui vient de mourir. Il est tout à fait exceptionnel que Counterfire (2) publie la notice nécrologique d’un officier de haut rang mais, dans ce cas, Otelo Savaira de Carvalho qui vient de mourir à l’âge de 84 ans mérite que l’on rappelle son parcours. Otelo, comme tout le monde l’appelait au Portugal, était le principal organisateur de la rébellion du 25 avril 1974 qui mit fin à plus  de quarante années de régime autoritaire

Portugal : résolution politique de la direction nationale du Bloco de Esquerda

Les élections présidentielles ont été marquées par la crise pandémique et par l’agressivité de l’ultra droite. La direction nationale du Bloco de Esquerda salue la disponibilité et l’engagement de Marisa Matias et prend acte de l’importance d’une campagne socialiste, féministe, antiraciste et écologiste, dans l’affirmation d’une réponse à la crise et du combat contre l’agressivité de l’ultradroite. Marisa a mené une campagne courageuse et probante, dont les résultats n’ont pas été à la mesure de l’impact réel de sa candidature et de ses objectifs. Sous la crise pandémique qui a

Portugal. Six remarques sur le résultat de l’élection présidentielle du 24 janvier

La victoire [avec 60,7% des suffrages] de Marcelo Rebelo de Sousa [président sortant, élu en 2016 pour un premier quinquennat] a bénéficié d’une reconfiguration au centre, avec le soutien de Rui Rio [président du Parti social-démocrate depuis 2018] et d’António Costa [Parti socialiste, Premier ministre depuis novembre 2015], qui ont mobilisé l’essentiel de l’électorat, mais aussi avec l’appel à une victoire au premier tour, lancé par Marcelo Rebelo de Sousa lui-même, face à la menace croissante sur sa droite. 1.- La participation électorale n’a pas confirmé les pires scénarios d’abstention [10’791’490 inscrits;

Portugal : le Bloco contre le budget

Le bureau national du Bloc de gauche a décidé, à l’unanimité, le 25 octobre de demander à ses 19 députés de voter contre le projet de budget du gouvernement Costa (PS). Dans la déclaration ci-dessous, Catarina Martins, députée et porte-parole du Bloc de gauche, explique cette décision. Déclarations de Catarina Martins lors de la conférence de presse qui a suivi le bureau national du Bloc de gauche ce dimanche : “Nous vivons la plus grande crise de notre vie et elle va s’aggraver dans les mois à venir. C’est pourquoi

Portugal : résolution politique de la direction nationale du Bloco

Les élections législatives ont confirmé le Bloco de Esquerda en tant que troisième force politique au Portugal Le Bloco a maintenu son groupe parlementaire, a fait la preuve de la solidité du camp populaire qu’il représente et a homogénéisé son expression territoriale, ce qui a par ailleurs contribué à ce qu’il ne puisse exister une majorité absolue1 La campagne du Bloco a été concentrée sur les priorités politiques de son programme et a montré, lors de ses initiatives, l’accroissement de sa base populaire et la mobilisation de secteurs qui avaient

Portugal : nous sommes là pour lutter pour les engagements pris

Les élections législatives du 6/10 au Portugal ont donné les résultats suivants : PS 36,7 %, PSD 27,9%, Bloco 9,7%, CDU (PCP+Verts) 6,5%, CDS-PP 4,3%, PAN (animalistes) 3,3%, CHEGA (ext. droite) 1,3%. Ce dimanche, dans sa réaction aux résultats des élections, la coordinatrice du Bloco a souligné que « la droite a subi une défaite historique ». Le PS a gagné avec une « large majorité » et a donc « toutes les conditions pour former un gouvernement », a-t-elle affirmé. Quant au Bloco, Catarina Martins a souligné qu’ « il croît dans de nombreux districts » et qu’il

Portugal : le Bloco confirmé comme troisième force

Avec une participation similaire à celle des derniers scrutins européens – abstention de 65 % – le PS et la somme des deux partis de droite maintiennent quasiment inchangés leurs résultats obtenus en 2014, lorsque le PSD et DS gouvernaient et appliquaient alors le mémorandum de la troïka, allant ensemble dans les scrutins européens. Le Bloco avec 10% double sa représentation à Bruxelles. Défaite de la droite à la veille des élections législatives Avec 33,4 % des voix et neuf députés (un de plus qu’en 2014), le PS a pu

Avril 1974 : il y a 45 ans, le Portugal en révolution.

Le 25 avril 1974, la diffusion sur les ondes de Radio Renaissance de « Grândola villa morena » (note 1) donne le signal de ce que l’on va appeler la Révolution des œillets. A l’origine, il s’agit d’une sorte de coup d’État organisé par une partie de l’armée regroupée au sein du Mouvement des Forces Armées (MFA). Leur objectif initial est d’en finir avec ce qui est alors la plus vieille dictature en Europe (note 2), de moderniser le pays et, surtout, de trouver une issue rapide aux guerres coloniales que mène

Portugal. Le Bloco et le gouvernement du Parti socialiste

Le jour où je finis cet article, Catarina Martins, porte-parole du Bloco, et plusieurs députés (dont José Soeiro, en charge des questions du travail), participent à un repas-débat avec deux cents travailleurs des carrières de la région de Porto (ainsi que leurs familles) pour célébrer leur victoire : ils auront finalement droit à un statut spécial de retraites anticipées (déjà appliqué aux mineurs), du fait que c’est un métier très dur, qui se traduit par une usure prématurée, excessive, et qui a beaucoup affecté leur santé. C’est un exemple qui montre

Portugal : « C’est le moment de se montrer exigeant-e-s »

Le 11 ème Congrès du Bloco de Esquerda s’est clos les 10 et 11 novembre 2018, faisant le bilan de l’attitude du parti vis-à-vis de la « geringonça »1 et esquissant les perspectives d’action européenne et nationale. Les principaux résultats de ce congrès sont les suivants : la motion majoritaire, « Renforcer le Bloco pour changer le pays » confirmant la ligne d’action suivie depuis le précédent congrès, a été très largement adoptée avec 459 voix, contre 40 pour la motion M et 9 pour la motion C. Celle qui l’avait présentée, Catarina Martins, 45

Action parlementaire et luttes sociales au Portugal

Le Bloc de gauche s’est formé il y a une vingtaine d’années au Portugal, par la fusion de forces issues de la gauche anticapitaliste et du mouvement social. Il est aujourd’hui, avec le Parti communiste, la principale formation de la gauche combative du pays. En partant de l’expérience du Bloc, Francisco Louça, dresse ici un bilan des relations toujours problématiques entre travail d’opposition parlementaire et investissement au sein des mouvements et des mobilisations sociales. 1 La présence et la référence institutionnelles ont été le point le plus fort de l’intervention

Résolution du Comité national du Bloco de Esquerda du 7 juillet 2018

La décision du gouvernement allemand de créer des camps d’internement pour réfugiés à la frontière avec l’Autriche doit susciter l’opposition résolue de tous les défenseurs des droits humains. Pour rester au pouvoir, Angela Merkel a cédé à la pression de ses alliés historiques et de l’extrême-droite. La presse internationale excuse la décision par la nécessité d’« éviter une crise politique ». Le status quo européen et l’extrême-droite xénophobe se complètent mutuellement dans la définition de la politique européenne. Les décisions du dernier Conseil Européen sont conformes à ce cours d’attentat contre les